Manon Massé, porte-parole de Québec solidaire, annonce les détails de son plan d'assurance dentaire en compagnie de la candidate solidaire dans Sherbrooke, Christine Labrie.

Assurance dentaire gratuite : investir dans la prévention

Samedi, la co-porte-parole de Québec solidaire Manon Massé était de retour à Sherbrooke afin de présenter son plan détaillé d’assurance dentaire publique. Le parti évalue les coûts engendrés à 950 millions $ par année, après l’implantation complète.

Si ce montant peut sembler élevé pour certains, Mme Massé assure qu'il s’apparente à celui du coût des milliers d’hospitalisations d’urgence causées par une mauvaise santé dentaire qui sont actuellement répertoriées. 

« Ça nous coûte plusieurs centaines de millions par année. Avec Québec solidaire, au lieu de le faire après, on est capables d’agir en prévention », explique-t-elle.

Pour les personnes âgées de 18 ans et moins, c’est une couverture gratuite de tous les soins que le parti gauchiste veut offrir. Seules les interventions esthétiques ne seraient pas comprises dans la couverture. Ce même principe serait appliqué pour les bénéficiaires de l’aide sociale.

Pour les personnes âgées de 18 ans et plus, Québec solidaire entend couvrir 80 % des coûts pour les soins de prévention et 60 % pour les réparations. En prévention, on parle des examens et des nettoyages. Les dentiers ou le traitement de caries sont des soins de réparations.

« C’est l’une des idées les plus populaires que nous avons mis sur la table actuellement. Pourquoi? Ce n’est pas bien compliqué. Les gens savent très bien ce que ça veut dire ne pas avoir accès à des soins buccodentaires. On a mis le doigt sur un gros bobo », indique la porte-parole solidaire.

Mme Massé indique qu’une famille paie environ 530 $ par année en frais dentaires. Même que depuis les cinq dernières années, ces frais ont augmenté de 26 %. Elle assure donc que son gouvernement mettrait en place cette couverture publique dès la première année de son mandat. 

La co-porte-parole en a profité pour commenter les dires des libéraux sur le sujet. « Le Parti libéral s’est senti obligé de réagir, de retourner à une vieille promesse de Jean Charest et de parler d’allonger le programme actuel qui ne couvre à peu près rien jusqu’à l’âge de 16 ans. Ils ont eu 15 ans pour le faire, puis ils ne l’ont pas fait. »

La couverture actuelle stipule que les enfants de moins de 10 ans reçoivent des services dentaires de base gratuits, sur présentation de leur carte d’assurance maladie.

Pour atteindre les objectifs de la couverture proposée par Québec solidaire, Mme Massé entend revoir le Code des professions afin de permettre aux hygiénistes dentaires de pratiquer plus d’interventions, sans la présence obligatoire d’un dentiste. Elles pourront donc offrir des soins de prévention dans toutes les instances publiques, centres de la petite enfance, écoles, CLSC et CHSLD.

Finalement, ces actions entraineraient une augmentation de clientèle pour les professionnels. Québec solidaire espère donc rediscuter les prix de services à la baisse pour les dentistes et les hygiénistes dentaires.