André Bellavance a été élu nouveau maire de Victoriaville, le 21 février 2016.

Arthabaska marquée par les campagnes électorales en 2016

2016 n'était pas une année d'élection générale, mais les Victoriavillois ont pourtant été appelés aux urnes deux fois plutôt qu'une afin d'élire un nouveau maire, puis un nouveau député provincial.
La démission d'Alain Rayes, qui a choisi de poursuivre sa carrière politique à la Chambre de communes a eu pour effet de laisser vacant le siège de premier magistrat victoriavillois. Au terme d'une campagne particulièrement propre, l'ancien député fédéral, André Bellavance, l'a emporté par une écrasante majorité, obtenant 75 % des voix. Il a ainsi défait l'homme d'affaires André Guillemette, l'ancien conseiller municipal Gilles Lafontaine et le jeune Simon Roux.
Dès son élection, Bellavance a lancé une importante consultation publique, qui représentait sa principale promesse de sa campagne électorale.
Le décès de la députée d'Arthabaska, Sylvie Roy, survenu à la suite d'une hépatite aiguë, a forcé la tenue d'une élection partielle visant à lui trouver un successeur. La lutte serrée qu'on attendait entre le caquiste Éric Lefebvre et le libéral Luc Dastous n'a finalement pas eu lieu, le premier l'emportant par une quinzaine de points de pourcentage. Le péquiste Jacques Daigle a tout juste amassé 16 % des suffrages, mais s'est promis de faire mieux en 2018.
Du divertissement onéreux
La Ville de Victoriaville a beaucoup investi au cours des dernières années afin de permettre à ses gens de se divertir et il semble qu'elle n'en ait pas toujours eu pour son argent. En 2016, on a appris que la construction du Carré 150 nécessitait un investissement de 2,6 millions $ de plus que budgété, même si on avait retiré quelques éléments prévus au plan initial, dont un escalier extérieur.
Le Festival de blues, qui en était à sa dernière année d'une entente de trois ans avec la Ville évaluée à 300 000 $, n'a pas été en mesure de présenter une importante tête d'affiche, comme elle l'avait fait au cours des années précédentes.
Malgré une programmation acclamée par la critique, le Festival international de musique actuelle de Victoriaville a connu une importante baisse d'achalandage.
L'ancien Festival des fromages fins, devenu Fromages, bouffe et traditions a tenu son premier événement gratuit. Bien qu'il soit maintenant difficilement quantifiable, l'organisation a fait état d'une augmentation du nombre de visiteurs. La directrice générale, Maryline Beaudoin, a donné sa démission en cours d'année.
Digne de Lance et compte
Aux sports, ce sont les multiples péripéties entourant les Tigres de Victoriaville qui ont le plus marqué la dernière année. Digne d'un vaudeville, l'histoire a sûrement eu de quoi inspirer Réjean Tremblay pour une éventuelle série complète de Lance et compte.
La formation junior s'est départie de son entraîneur Bruce Richardson, puis a vu son directeur général, Daniel Fréchette, être forcé à l'abandon par la maladie. Leur successeur, Éric Veilleux, n'a fait que passer, quittant le navire après un peu plus d'un mois de travail afin d'accepter un poste dans la Ligue américaine.
Insatisfait de la façon de gérer de son président, Jean Marcotte claque la porte au lendemain des assises de la LHJMQ. Considérant que la barque avait été bien mal menée pendant son court mandat, les actionnaires des Félins se sont alors réunis d'urgence et ont demandé la démission du président, Johnny Izzi, passant ainsi outre les recommandations du conseil d'administration. Izzi devait également se séparer de ses liens avec Gaudreau environnement quelques semaines plus tard.
À un certain moment au cours de l'année, les Tigres n'avaient plus d'entraîneur, de directeur général, de gouverneur et de président. Tous ces postes ont été comblés avant le début de la saison et l'équipe ne s'en sortait pas si mal au moment de conclure l'année, se trouvant au 7e rang du classement général.
Au football, les Vulkins ont aussi vécu une situation particulière à moins grande échelle, lorsque le coordonnateur des sports au Cégep de Victoriaville, Karl Castonguay, a renversé une décision de la Corporation des Vulkins de congédier plusieurs entraîneurs adjoints. Il a plutôt décidé de congédier l'entraîneur-chef, Alain Tourigny. Plusieurs administrateurs ont claqué la porte à la suite de cet affront.
Le pilote de course Alex Labbé, les para-athlètes Guillaume Ouellet et Charles Moreau, ainsi que les nouveaux joueurs de hockey professionnels Phillip Danault et Antoine Bibeau ont fait la fierté de la région dans leurs sports respectifs.