La modification réglementaire permettant aux véhicules hors route de circuler dans les rues du village de Pottin devrait être adoptée lors de la prochaine assemblée publique du conseil municipal, lundi.

Arrivée des véhicules hors route sur les chemins de Potton : l’opposition s’organise

Une modification réglementaire concernant les véhicules hors route (VHR) et les motoneiges suscite de l’opposition dans le canton de Potton. Les élus locaux entendent permettre la circulation de ces deux types de véhicules sur tous les chemins municipaux, mais des citoyens expriment des craintes liées à la sécurité et au bruit.

Si tout se déroule tel que prévu, la modification réglementaire annoncée sera adoptée lors de la prochaine assemblée publique du conseil municipal de Potton, lundi.

Le Code de la sécurité routière permet aux municipalités d’autoriser la conduite de VHR, dont les populaires quads, et de motoneiges sur les chemins municipaux. Dans plusieurs municipalités, il est possible de conduire ce type d’engin sur de petits tronçons de route pour se déplacer en direction de commerces ou alors se diriger vers un sentier entretenu.

Le Canton de Potton compte toutefois aller plus loin que la plupart des municipalités puisqu’il entend laisser les VHR et les motoneiges se promener librement sur les 170 kilomètres de chemins dont il a la responsabilité. Les conducteurs concernés seraient évidemment tenus de respecter le Code de la sécurité routière et ne devraient jamais se trouver sur la voie publique avec leur engin entre 22 h et 7 h.

Maire de Potton, Jacques Marcoux révèle que ce changement réglementaire a été réclamé par des citoyens. Une réflexion a été menée par les élus et, au terme de celle-ci, ils ont décidé d’accéder à leur demande.

« C’était unanime chez les conseillers municipaux. Ils étaient tous d’accord avec le nouveau règlement suggéré. Par contre, j’ai reçu une série de messages de la part des citoyens et je constate que le projet sur la table fait des mécontents. Je ne sais pas comment réagiront les conseillers, mais on pourrait réaliser une consultation publique sur la question. Ce serait sûrement une bonne idée », estime M. Marcoux.

Bien qu’il soit ouvert à la tenue d’une consultation publique, le maire de Potton ne rejette pas d’emblée la modification réglementaire à l’étude. « Certains soutiennent qu’il y aura de grandes perturbations à cause de celle-ci, mais je ne saurais en juger à ce moment-ci », indique-t-il.

Les opposants

Possédant un chalet depuis près de 30 ans à Potton, André Beauregard confie avoir été très déçu d’apprendre que le conseil de Potton désirait autoriser la conduite de VHR et de motoneiges sur les chemins municipaux.

« J’ai été président de l’Association de protection de l’étang Sugarloaf Pound. Les gens parlaient régulièrement de questions comme le bruit, l’éclairage, les VTT et les motoneiges lors de nos assemblées générales. Ils souhaitaient que la loi soit appliquée. Ils ne voulaient pas de VHR autour de chez eux », explique M. Beauregard.

Ce citoyen ajoute qu’il s’attend à pouvoir vivre dans un milieu paisible quand il quitte sa résidence principale pour se rendre à son chalet. « On part de la ville non pas pour se retrouver dans un lieu bruyant, mais pour avoir la paix », déclare-t-il.

Associé à un groupe d’opposants baptisé Action Potton, le comédien Émile Proulx-Cloutier possède également un pied-à-terre à Potton. La future réglementation l’inquiète notamment sur plan de la sécurité.

« On partage une maison avec des amis à Potton. C’est notre version du chalet. Devant la résidence, il y a une courbe et on voit déjà des motocross passer très vite à cet endroit-là. Je n’ai pas l’impression que les élus priorisent la sécurité avec leur nouveau règlement, surtout que les policiers ne sont pas très présents dans le secteur », soutient M. Proulx-Cloutier.

Le comédien laisse également entendre que les élus ont manqué de transparence dans ce dossier. « On avait eu des échos, mais personne ne savait ce qui s’en venait précisément. Ça se fait un peu en douce tout ça », dit-il.

La fin de la tolérance

Impliqué de près dans ce dossier, le conseiller Bruno Côté déplore le tapage effectué par les opposants au futur règlement au cours des derniers jours. « Ça ressemble à de l’intimidation et c’est extrêmement dommage », lance celui qui représentera le Parti conservateur du Canada lors des prochaines élections fédérales.

Aux yeux de M. Côté, le règlement en voie d’être adopté permettra de régulariser une situation existant de longue date dans la municipalité. « Il y a des gens qui circulent sur les chemins sans en avoir le droit. Leur comportement est souvent toléré, mais je sais par exemple qu’une dame a déjà eu une contravention simplement pour avoir traversé une route avec son VHR. Il est temps d’adopter une autre approche », plaide-t-il.

Pour rassurer la population, celui-ci souligne que les VHR n’auront pas le droit de rouler à une vitesse supérieure à 50 kilomètres à l’heure, une limite qui deviendra aussi applicable aux voitures sur plusieurs chemins de la municipalité à court terme. 

Il faudra par surcroît posséder une vignette pour profiter du règlement. Or, cette dernière ne sera distribuée qu’aux résidants du canton de Potton, cela pour éviter la venue de nombreux propriétaires de VHR de l’extérieur.

Contrairement à Émile Proulx-Cloutier, Bruno Côté estime que les policiers réalisent un travail efficace sur le territoire municipal et qu’ils seront en mesure d’intervenir en cas de dérive. « On a consulté la Sûreté du Québec avant d’aller de l’avant et on pense que ça va bien se passer. Personnellement, je crois qu’il est préférable qu’on commence de façon ouverte et qu’on s’ajuste plus tard, au besoin. »