Avant de proposer officiellement aux riverains le projet d'aqueduc autour du lac Desmarais et du Petit Lac Brompton, la municipalité attendra la réponse de subvention de la part du gouvernement.

Aqueduc : St-Denis-de-Brompton attend une réponse de Québec

Le maire de Saint-Denis-de-Brompton, Jean-Luc Beauchemin, compte toujours aller de l'avant dans le nouveau projet d'aqueduc, subvention ou non. Il attendra toutefois la réponse du gouvernement avant de faire une proposition officielle aux riverains.
Le maire de Saint-Denis-de-Brompton, Jean-Luc Beauchemin, compte toujours aller de l'avant dans le nouveau projet d'aqueduc, subvention ou non. Il attendra toutefois la réponse du gouvernement avant de faire une proposition officielle aux riverains.
Jeudi dernier, la municipalité de Saint-Denis-de-Brompton rencontrait les fonctionnaires du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT) concernant la subvention qui pourrait faire diminuer significativement la facture des riverains dans le projet d'aqueduc et d'égouts autour du lac Desmarais et du Petit Lac Brompton.
Rappelons qu'on parle d'un montant de 14 millions possiblement assumé à 80 pour cent par les résidents autour des lacs.
« Ç'a été bien reçu, on a quelques devoirs à faire pour les réconforter dans leur réponse, mais le bateau suit son cours », soutient le maire de la municipalité Jean-Luc Beauchemin au sujet de la rencontre.
En effet, des analyses ont été réclamées pour poursuivre l'examen de la demande de subvention. Ces dernières concernent les puits et leurs quantitatifs ainsi que les catégories des fosses septiques actuelles.
Lors d'une assemblée extraordinaire le 12 juillet, les avis de motions pour le règlement d'emprunt avaient été donnés. Mais en attendant une réponse du gouvernement, la municipalité ralentit la procédure de proposition aux citoyens.
« Le projet n'ira pas de l'avant tant et aussi longtemps qu'on n'aura pas de réponses de Québec. Avant d'arriver à l'étape d'un éventuel référendum, je ne veux pas que les gens paniquent avec ça. Je veux que ce soit bien réconfortant avec des montants solides avant de faire voter là-dessus », souligne M. Beauchemin en spécifiant être conscient de la responsabilité qu'engendrait une facture de 14 millions.
Le maire espère toutefois une réponse rapide, car il sait que le processus est long. « On a un an de plans et devis puis deux ans de construction. Plus vite on commence, plus vite on peut finir. »
Il ne pense toutefois pas que les élections municipales pourraient ralentir les procédures. « Ce serait difficile pour un prochain conseil d'aller à l'encontre du désir des citoyens. Ce n'est pas une idée politique, c'est une demande des citoyens », estime-t-il.
La municipalité travaille toujours de pair avec l'Association pour la préservation du lac Desmarais et le Regroupement écologique du Petit lac Brompton.
La députée Karine Vallières leur est d'ailleurs d'un précieux soutien. « Elle nous a ouvert les portes à Montréal et elle va suivre le dossier s'il y a des complications. »