La course nocturne qui se déroulait samedi au mont Hatley a attiré 1200 coureurs. Ceux-ci ont bravé différents obstacles à la noirceur, tout en évitant les zombies qui s’étaient emparés de l’endroit.

Apocalypse et zombies au mont Hatley

C’était l’apocalypse au mont Hatley samedi soir. Au bas de la montagne, 1200 braves s’échauffaient ensemble au son de la musique avant de s’enfoncer en courant dans la montagne sombre et infestée de zombies. L’objectif : passer à travers la course à obstacles sans se faire arracher les trois « vies » attachées à sa ceinture en chemin...

Les groupes d’amis et les familles étaient nombreux à s’être mis des lampes frontales pour affronter la sinistre montagne. Les plus jeunes participants, âgés seulement de 9 ans, tenaient leur parent par la main, un petit air nerveux sur le visage.

Il faut dire que l’ambiance de la course Zombie Apocalypse, créée par Just Run International et ses 125 bénévoles, était très réaliste. Des « militaires » accompagnaient les coureurs et des « zombies » maquillés par des professionnels rôdaient un peu partout. L’idée de s’aventurer dans la montagne faisait froid dans le dos...

« Ça donne aux coureurs une petite motivation de plus. Comme il y a cinq zones avec des zombies qui courent après les participants pour leur arracher leurs vies, ça aide à donner une petite poussée de plus à chaque kilomètre », a expliqué Vanessa Racine, relationniste pour l’organisation.

Une opinion que partage Mathis, 13 ans, venu courir avec son père Marco Chirico. « Ça nous donne un défi de plus de devoir survivre à la course », a-t-il dit avant de partir dans la montagne.

« C’est un nouveau concept totalement différent, on voulait venir essayer ça! D’entrer dans l’ambiance à ce point-là et de s’attendre à avoir peur, c’est l’fun », a renchéri le paternel, qui en est à sa deuxième course à obstacles avec son fils.

À la fin de la course, les coureurs qui s’étaient fait arracher toutes leurs « vies » devaient se rendre dans une tente de décontamination, où ils se faisaient enfumer sous la supervision de gardiens avec des masques à gaz. La thématique était vraiment respectée du début à la fin de l’activité...

Une première édition réussie

Les courses à obstacles sont de plus en plus populaires au Québec, souligne Mme Racine. Le parc du mont Hatley en accueille d’ailleurs de temps en temps; c’est pourquoi Just Run International a choisi cet endroit pour tenir sa première édition estrienne de la course Zombie Apocalypse. « Il y a dans ce parc des obstacles permanents, et bien montés. Comme ce genre de course est plus difficile la nuit, nous n’avons utilisé que 32 obstacles sur les 60 qui sont là, et le trajet fait 4,5 km à la place de 5 km. On ne se rend pas non plus jusqu’au sommet de la montagne, mais plutôt à mi-montagne », a affirmé Mme Racine.

Une équipe de sécurité était évidemment sur place pour assurer la sécurité des coureurs — et aussi celle des zombies. « Des fois lorsque les gens ont peur, ils peuvent avoir le réflexe de pousser un zombie! On a donc mis en place les mesures de sécurité pour que la course se déroule bien », ajoute la relationniste.

L’organisation était contente du chiffre de 1200 coureurs pour sa première édition estrienne. « On n’avait pas d’attentes particulières, mais c’est vraiment un chiffre incroyable », a lancé Vanessa Racine en regardant l’un des nombreux départs.

La course s’est tenue à deux autres endroits cette année, soit à Mirabel et à Québec.