André Bellavance a été assermenté en fin de journée vendredi.

André Bellevance assermenté

André Bellavance est devenu officiellement le 35e maire de Victoriaville, vendredi, en fin de journée, alors qu'il a été assermenté par le directeur d'élections, le greffier Me Yves Arcand.
S'il est habitué des assermentations, lui qui a vécu le processus à quatre reprises à Ottawa, le politicien ne cache pas que la procédure avait cette fois une couleur particulière. « C'est la première fois que je suis assermenté ici, à Victoriaville, et c'est la première fois que je n'ai pas à prêter serment à la Reine », a-t-il rigolé.
Comme il l'avait annoncé au moment de son élection, M. Bellavance a rencontré ses collègues du conseil municipal, l'équipe de direction et bon nombre de travailleurs sur le terrain. Il s'est dit encouragé par ce premier contact, estimant l'accueil fort chaleureux.
Un maire présent
Sitôt élu, André Bellavance a siégé en tant que président du conseil d'administration de Gesterra, avant même d'être assermenté, il répondait présent sur les différents comités qui permettent le bon fonctionnement et le développement de sa Municipalité. Il a rencontré le directeur général, Martin Lessard, chaque jour.
« Je suis une vraie éponge. J'apprends beaucoup. Jusqu'à présent, c'est exactement comme je pensais. Il faut dire que je connaissais déjà en bonne partie le fonctionnement de l'appareil municipal », a-t-il affirmé.
Le nouveau maire prétend que la grande majorité des importants dossiers victoriavillois ont continué de cheminer même si la Ville a été privée de maire pendant sept mois. « Il n'y a pas eu de retard », avance-t-il.
La barre risque d'être passablement haute en ce qui a trait à la représentation. Son prédécesseur, Alain Rayes, était littéralement partout, certains allant jusqu'à suggérer qu'il ait eu un clone pour le remplacer à certaines occasions. À ce sujet, M. Bellavance entend relever le défi, même si sa vie familiale risque d'en faire les frais.
« Au cours des 11 dernières années, j'ai été un député présent et j'avais pourtant 40 municipalités dans ma circonscription. Maintenant que j'ai juste la ville de Victo, je promets d'être un maire présent. Je serai toujours accessible », a-t-il dit, précisant qu'il ne s'ennuyait pas des nombreux allers-retours Victoriaville-Ottawa.