Mickaël Laroche

Alcool au volant : des individus s’interposent lors d’arrestations

Au cours de la dernière fin de semaine, trois personnes ont été arrêtées parce qu’elles conduisaient sous l’effet de l’alcool sur le territoire de la Régie de police de Memphrémagog (RPM). Deux de ces interventions ont mené à l’arrestation de deux autres individus pour entrave au travail des policiers.

Vers 1 h 20 dans la nuit de dimanche, une dame a été interceptée sur la rue Despins à Magog parce que sa conduite était erratique. « Le policier a déterminé que la conductrice de 50 ans avait les capacités affaiblies par l’alcool. Une fois au poste de police, elle a échoué aux tests exigés par le technicien qualifié en fournissant des échantillons d’haleine. Ceux-ci démontraient que son taux d’alcoolémie dépassait près de trois fois la limite permise », relate Mickaël Laroche, porte-parole de la RPM.

La fille de la dame, qui était passagère, en colère, a tenté de s’interposer physiquement. Elle a même poussé sa mère, qui tentait de la retenir. La jeune femme de 27 ans, qui était très intoxiquée au moment des faits, a dû être arrêtée, ajoute M. Laroche. « Elle a par la suite frappé le policier et a été incarcérée le temps de se calmer. Elle devra comparaître ultérieurement au palais de justice de Sherbrooke », dit-il.

Au même moment, une cliente du Café St-Michel, au centre-ville de Magog, a contacté les policiers pour dénoncer le comportement d’une autre conductrice. « Cette dernière aurait percuté légèrement une autre voiture en tentant de se garer en parallèle devant le bar avec sa Honda Civic noir et elle n’avait pas l’intention de le signaler.

Une fois sur place, les policiers ont localisé la dame de 38 ans. Ils ont procédé à son arrestation puisque celle-ci était visiblement sous l’effet de l’alcool. Son conjoint, un homme de 30 ans, a tenté de s’interposer. 

Les deux individus ont été transportés au poste de police de la RPM. « Une fois à cet endroit, la dame n’a pas bien collaboré avec le technicien qualifié puisqu’elle n’a fourni qu’un seul des deux tests requis à près du triple de la limite permise », commente Mickaël Laroche.

« Une accusation supplémentaire pour avoir refusé de fournir un échantillon d’haleine a donc été ajoutée au dossier. »

Un homme de 39 ans connu des policiers a aussi été arrêté pour conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool. 

« Puisqu’il a soufflé plus du double de la limite permise, son permis a été suspendu pour une période de 90 jours et son véhicule a été saisi pour une durée de 30 jours. Il s’agissait de la troisième fois que ce Sherbrookois au lourd passé criminel se faisait prendre pour ce type d’infraction. Il a été libéré par voie de sommation », termine M. Laroche.