Le vent semble tourner aux États-Unis dans le dossier du site d’enfouissement de Coventry. Non seulement la ville de Newport a-t-elle décidé de cesser de traiter du lixiviat dans son usine, mais elle a également joint les rangs des opposants à l’agrandissement du site, qui accueille les déchets d’une partie importante de l’État du Vermont.

Agrandissement de Coventry : Newport se joint aux opposants

MAGOG — Le vent semble tourner aux États-Unis dans le dossier du site d’enfouissement de Coventry. Non seulement la ville de Newport a-t-elle décidé de cesser de traiter du lixiviat dans son usine, mais elle a également joint les rangs des opposants à l’agrandissement du site, qui accueille les déchets d’une partie importante de l’État du Vermont.

Lundi soir, deux représentants de l’organisme Memphrémagog conservation inc. (MCI), Robert Benoît et Ariane Orjikh, ont pris la parole devant les membres du conseil municipal de Newport. Ils ont plaidé pour que la municipalité mette fin au traitement de lixiviat, un liquide toxique produit par les sites d’enfouissement, à son usine d’épuration.

Lire aussi: Coventry: Lussier déçu, mais heureux de la décision de Newport

M. Benoît ne s’attendait pas à ce que les représentants municipaux acceptent la demande du MCI le soir même. Il prévoyait sans doute encore moins que le conseil de ville prendrait position contre l’agrandissement des installations que la New England Waste Services of Vermont (NEWSVT) possède à Coventry.

La prise de position de la municipalité survient cependant tardivement puisque l’Agency of Natural Resources a donné son aval à l’agrandissement du site de Conventry vendredi dernier. Mais l’autorisation offerte par l’organisme américain n’est pas définitive et les opposants pourront à nouveau se faire entendre au cours des semaines à venir.

Récemment, un groupe nommé Don’t undermine Memphremagog’s Purity (DUMP) a vu le jour au sud de la frontière entre le Canada et les États-Unis. Il est notamment mené par un ancien maire de Newport, Charles Pronto.

Les différentes phases d’expansion du site de Coventry n’ont jamais soulevé les passions aux États-Unis. Cela dit, DUMP a réussi à réunir plus de 120 personnes pour discuter de l’avenir de ce lieu d’enfouissement en septembre.

Par voie de communiqué, la présidente du comité consultatif en environnement de la MRC de Memphrémagog, Lisette Maillé, a pour sa part exprimé sa déception après avoir appris que l’agrandissement sera permis. La MRC accueille toutefois favorablement certaines restrictions imposées à NEWSVT.

L’autorisation offerte par l’organisme américain n’est pas définitive et les opposants pourront à nouveau se faire entendre au cours des semaines à venir.

Rappelons que le député de Brome-Missisquoi, Denis Paradis, a vivement déploré la décision de permettre l’agrandissement du site d’enfouissement plus tôt cette semaine. Le nouveau député d’Orford, Gilles Bélanger, a également clairement indiqué qu’il entendait se battre contre le projet.