Kevin Johnson

Accusé du vol chez Olympique Métal: Johnson tente d'entrer de la drogue en psychiatrie

Pendant que son avocat analyse la possibilité de demander une révision de sa remise en liberté, une nouvelle accusation de possession de cannabis et de résine de cannabis a été portée contre Kevin Johnson.
Johnson est accusé d'avoir tenté de faire entrer ces stupéfiants le 22 août dernier au département de psychiatrie du CHUS lors d'une évaluation qui avait été demandée dans son dossier.
Ce dernier est accusé en compagnie de trois autres individus en marge du vol qui a été commis chez Olympique Métal de Sherbrooke au début du mois de juin dernier.
L'avocat de la défense Me Jocelyn Grenon étudie la possibilité de demander une révision en Cour supérieure afin que son client soit libéré sous conditions dans ce dossier.
Une décision à sujet devrait prise avant le retour du dossier devant le tribunal le 26 octobre prochain.
Johnson aurait orchestré un vol chez Olympique Métal en compagnie de Tommy Gauthier.
Lors de ce vol perpétré le 1er juin dernier, un employé d'Olympique Métal sur le chemin Bibeau, Jean-Charles Reeves, aurait été contraint de participer au vol du coffre-fort contenant 70 000 $ au sein de son entreprise.
Jessica Larose, qui attendait le duo sur la route 112 à quelques kilomètres du chemin Bibeau où le vol avec une arme prohibée a été commis, pourrait faire avancer son dossier à son retour devant le tribunal.
Son avocat Me Guy Plourde a indiqué que « les pourparlers étaient très avancés » et qu'elle prendra position.
Le quatuor s'était entendu pour que des coups de feu soient tirés « pour que ça ait l'air plus vrai ».
Après avoir obtenu le butin, Kevin Johnson et Tommy Gauthier ont pris la fuite vers le lieu de rencontre avec Jessie Larose au bar le Broadway sur la route 112.
Quant à Jean-Charles Reeves, son avocat Me Alexandre Caissie a pris connaissance de la nouvelle preuve déposée dans le dossier.
Les quatre accusés risquent une peine minimale de quatre années de prison.
Me Laila Belgharras représente le ministère public dans cette affaire.