Accident de travail: un employé de Sintra fait une chute de 4,5 m

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a ouvert une enquête à la suite d’un accident survenu sur les installations de la compagnie Sintra à Sainte-Catherine-de-Hatley.

Lundi, un travailleur a été blessé à la suite d’une chute d’une quinzaine de pieds, rapporte Julie Fournier, porte-parole de la CNESST.

L’accident s’est produit vers 9h45, quand deux employés s’affairaient à déglacer le contenu de la benne d’un camion. On devait déglacer le gravier qui se trouvait dans la benne.

L’un d’eux se trouvait à l’intérieur de la benne. L’autre avait pour tâche de surveiller le travail de son collègue, comme le veut le protocole, explique Mme Fournier.

Ce dernier aurait tenté d’atteindre une passerelle permettant d’avoir l’autre employé en visuel en grimpant sur un convoyeur.

«Pour une raison que l’on ignore, le travailleur aurait accroché la manette qui met en marche du convoyeur. Le tapis roulant du convoyeur s’est mis à rouler et l’homme aurait fait une chute d’environ 15 pieds», explique-t-elle.

«Il est tombé au sol et a été blessé aux talons et aux jambes. On ne craint pas pour sa vie.»

La CNESST a dépêché des inspecteurs pour enquêter à la carrière de Sintra située sur le chemin de la Colline-Bunker, près de la frontière du territoire d’Ayer’s Cliff. On a alors interdit ce type d’opération, ajoute Mme Fournier. L’employeur devra modifier la méthode de travail en pareille situation.

La CNESST ne peut s’expliquer pourquoi l’homme n’a pas eu le temps d’arrêter le convoyeur puisqu’il avait en main la manette permettant d’arrêter le tapis roulant. «Nous n’avons pas pu lui parler encore», souligne la porte-parole.

«Il se peut que le tapis roulant se soit mis à avancer bien vite et que le travailleur n’a pas eu le temps de l’arrêter avec la manette avant d’être projeté au sol.»

Certaines opérations ont été interdites, le temps que l’employeur procède à un changement dans la méthode de travail et en informe ses ouvriers. Toujours selon Julie Fournier, l’employé blessé aurait dû se trouver sur une passerelle prévue à cet effet.