Jacques Demers, président de la Corporation Ski & Golf Mont-Orford.
Jacques Demers, président de la Corporation Ski & Golf Mont-Orford.

Accès au Mont-Orford: tarification repoussée d’un mois

L’entrée en vigueur du droit d’accès à la montagne d’Orford a été repoussée au 20 juillet, soit un mois plus tard que la date prévue, afin de permettre la poursuite des pourparlers entre les parties.

La décision a été prise au terme de deux premières « rencontres fructueuses » et d’un commun accord par les membres du comité de travail mis sur pied afin de trouver des solutions au financement des opérations du centre récréotouristique.

À LIRE AUSSI: Tarification : une privation déguisée selon SOS Parc Orford

Mont Orford : un comité pour solutionner la crise 

Tarification : une privation déguisée selon SOS Parc Orford

Rappelons qu’un débat fait rage depuis qu’on a appris que les marcheurs voulant avoir accès aux sentiers de la montagne allaient devoir payer. 

« Je suis très heureux des échanges cordiaux et constructifs qui décrivent le climat au sein du comité jusqu’à présent », mentionne Jacques Demers, président de la Corporation Ski & Golf Mont-Orford.

« On sent que tous les participants souhaitent le meilleur dénouement possible. Le délai supplémentaire que nous accordons va nous permettre de poursuivre ensemble la recherche de solutions. »

Rappelons que le comité rassemble plusieurs acteurs locaux dont des élus, des représentants de Tourisme Memphrémagog, de la Chambre de commerce Memphrémagog, de SOS Parc Orford et de la Corporation Ski & Golf Mont-Orford, qui ont tous à cœur le développement sain et pérenne de la montagne pour les générations à venir. 

Le comité s’est réuni à deux reprises depuis sa formation et plusieurs autres rencontres sont prévues au cours des prochaines semaines, précise-t-on.

Rappelons aussi que, forte d’une pétition ayant amassé plus de 10 000 noms en quelques jours, la Coalition SOS Parc Orford s’est lancée en mai dans la bataille contre la tarification de l’accès à la montagne d’Orford. Un comité de neuf personnes a été créé par la suite afin de solutionner la crise. Des membres de la Corporation ski et golf Mont-Orford ainsi que de la coalition SOS Parc Orford font partie de ce groupe de réflexion.

Au début de juin, l’organisme avait dénoncé le maintien de la tarification prévue, malgré les travaux entrepris par le comité. 

Maintenant, on mentionne que cette décision du conseil d’administration de la Corporation ski et golf Mont-Orford de repousser la tarification d’un mois ne répond qu’en partie aux insatisfactions des 15 000 signataires de la pétition sur l’accessibilité des terres publiques de la montagne.

« Les deux premières réunions ont permis aux acteurs de s’entendre sur les bases communes sur lesquelles tous étaient en accord, notamment, la non privatisation et la pérennité des opérations, le fort sentiment d’appartenance au Parc et l’avantage d’être sur un territoire public protégé et de présenter les documents relatifs aux opérations estivales de la station », souligne-t-on dans un communiqué de presse. 

« L’objectif étant d’identifier le coût réel associé aux marcheurs et de trouver des solutions alternatives à la tarification de l’usager. Notons aussi que plusieurs enjeux touchant l’accessibilité sont à l’agenda, lesquels sont directement liés à la grogne exprimée par les citoyens. »

Claude Dallaire

Pour Claude Dallaire, porte-parole de la Coalition, « le territoire ski/golf sous bail doit demeurer accessible et sans frais aux marcheurs qui le parcourent. »

« Particulièrement en ces temps difficiles où la nature apporte un baume important à une grande partie de la population, il s’agit d’un moment étrange, selon nous, pour imposer une tarification aux marcheurs. D’autres alternatives doivent être mises de l’avant pour trouver une solution, spécialement pour les gens moins fortunés de notre société.»

Le comité de travail sur le financement du Mont-Orford est composé de Gilles Bélanger, député d’Orford, de Jacques Demers, préfet de la MRC Memphrémagog, de Vicki-May Hamm, mairesse de Magog, Marie Boivin, mairesse du Canton d’Orford, de Simon Blouin, directeur général de la Corporation Ski & Golf Mont-Orford, ainsi que des membres de la Coalition SOS Parc Orford, Patrick Lagrandeur, initiateur de la pétition, et Mélanie Desrochers. On a aussi délégué un représentant de Tourisme Memphrémagog et un autre de la Chambre de commerce Memphrémagog.