Gisèle Duval et Denis Dion accompagnent Win Win, la nouvelle mascotte de la Fondation du CSSS du Val-Saint-François.

925 amateurs de homards au rendez-vous

La Fondation du CSSS du Val-Saint-François a réussi à réunir 925 donateurs et amateurs de homards à son souper annuel hier soir. Le Centre J.A. Lemay s'est une fois de plus transformé en grande salle de réception afin d'amasser des fonds.
La surface de l'aréna, qui sert habituellement à la pratique de différents sports, était remplie au maximum de sa capacité. Même constat du côté du stationnement et des rues environnantes du Centre sportif où les véhicules occupaient chaque pouce carré.
À l'intérieur, tous s'affairaient à ce que souper soit un succès. Sous la supervision d'Yves Jolin, professeur de français, ce sont des élèves de l'école secondaire du Tournesol de Windsor qui s'occupaient de servir les 4000 homards et de desservir les tables pour financer leurs activités parascolaires.
Cette année, le conseil d'administration de la Fondation a laissé tomber le concept de présidence d'honneur et a fait une place particulière à sa toute nouvelle mascotte baptisée Win Win le homard. «Pendant la soirée, notre mascotte s'est fait prendre en photo avec des gens. Ceux-ci pourront recevoir leur photo par courriel sous contribution volontaire», affirme l'homme d'affaires Denis Dion, président de la Fondation.
Des images des différentes réalisations de la fondation défilaient sur deux grands écrans. «L'aide financière sert entre autres, de levier pour que des organismes puissent compléter leurs demandes de subvention en octroyant un certain pourcentage du montant total qu'ils demandent», mentionne M. Dion.
Toujours très impliquée dans la vente de billets du crédit-voyage de la Fondation, l'ex-présidente Gisèle Duval n'est jamais bien loin lorsque vient le temps de solliciter les gens pour la cause. «Les gens sont habitués à ce que je les appelle une fois par année pour le crédit-voyage. Je n'ai aucun doute que les 350 billets trouveront preneur», affirme-t-elle avec conviction.
Bien que le souper aux homards lui tienne à coeur, c'est avec un certain soulagement qu'elle laisse sa place au président actuel. «Cette année pour la première fois, je ne me suis pas rendue à l'aréna en après-midi pour les préparatifs», confie celle qui a combattu le cancer et qui voit maintenant sa santé s'améliorer.
Notons que l'animation de la soirée a été une fois de plus confiée à Jean Arel, journaliste très connu et natif de Windsor. Il a d'ailleurs reçu dernièrement la médaille de l'Assemblée nationale. «Jean est un excellent ambassadeur de notre ville», confirme Denis Dion.