L’argent servira à favoriser la connaissance des personnes immigrantes des réseaux existants qui peuvent leur offrir des services comme les organismes communautaires, les écoles ou les garderies.
L’argent servira à favoriser la connaissance des personnes immigrantes des réseaux existants qui peuvent leur offrir des services comme les organismes communautaires, les écoles ou les garderies.

65 000 $ pour l’immigration dans les MRC de l’Estrie

SHERBROOKE — Une aide de 65 035 $ provenant du ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration favorisera l’accueil et l’intégration des personnes immigrantes en Estrie. Les actions seront dirigées dans quatre MRC : le Haut-Saint-François, le Val-Saint-François, les Sources et Sherbrooke.

L’argent servira à favoriser la connaissance des personnes immigrantes des réseaux existants qui peuvent leur offrir des services comme les organismes communautaires, les écoles ou les garderies.

« On va faire découvrir aux gens qui veulent aller s’installer dans les MRC, les différentes ressources qui existent, souligne Mercedes Orellana, directrice générale du Service d’aide aux Néo-Canadiens qui chapeaute le projet. Il y a des maisons des jeunes, des carrefours d’emploi et des organismes de dépannage alimentaire. Il peut y avoir des organismes sportifs et culturels. On va leur faire découvrir ça pour leur faire réaliser que ce n’est pas seulement à Sherbrooke qu’il y a ces services. »

Selon Mme Orellana, 85 % des immigrants qui viennent en Estrie s’installent à Sherbrooke.

« L’attraction et l’intégration des personnes immigrantes en région sont un enjeu de société et c’est en travaillant en concertation avec les partenaires locaux que nous trouverons des solutions adaptées aux réalités de toutes les régions du Québec, explique pour sa part Nadine Girault, ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration. L’aide financière octroyée au Service d’aide aux Néo-Canadiens s’inscrit dans les engagements pris par le gouvernement du Québec pour faciliter l’accueil et l’intégration en français des personnes immigrantes dans toutes les régions du Québec. » 

Des activités de formation sur la communication interculturelle seront également données pour tenter de prévenir la discrimination et les préjugés liés aux personnes immigrantes et aux minorités ethnoculturelles.

« De façon générale, la population est ouverte à l’immigration, mais il y a différentes couches, mentionne Mme Orellana. On est ouvert à ce que le Québec reçoive des immigrants, mais est-ce qu’on est prêt à ce qu’ils soient nos voisins ? Est-ce qu’on est prêt à ce qu’un immigrant marie un de nos enfants ? Plus on rentre dans la bulle personnelle, plus les gens ont besoin de réfléchir pour être prêts. »

Les activités débuteront pendant la période estivale de 2020, jusqu’à l’hiver 2021.