De g. à d., le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec, Pierre Dufour, la vice-présidente à l’exploitation des parcs nationaux de la Sépaq, Catherine Grenier, la directrice générale du PNMM, Nathaël Bergeron, et le député de Mégantic, François Jacques.

5,4 M$ pour le parc du Mont-Mégantic

Le parc national du Mont-Mégantic (PNMM) prend du galon dans la famille de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq).

En effet, un investissement de 5,4 millions $ a été annoncé, mardi après-midi, par le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, accompagné par la vice-présidente à l’exploitation des parcs nationaux de la Sépaq, Catherine Grenier, visant la mise en valeur du sommet au PNMM et l’agrandissement du camping du secteur Franceville.

« Le Parc du Mont-Mégantic agit comme un aimant qui attire les visiteurs dans la région. C’est le porte-étendard du tourisme au Québec », a confié le ministre Dufour au cours de l’annonce. « La dimension scientifique de ce parc nous interpelle toujours. Il s’agit d’une annonce très importante, pour un lieu unique de convergence entre le ciel et la terre… »

Tout d’abord, 4,4 millions $ seront consacrés à trois projets d’envergure, qui suscitent l’enthousiasme de l’équipe de Nathaël Bergeron, directrice du PNMM, qui s’est dite fébrile et très fière de ces annonces. Il s’agit de l’aménagement du premier refuge gardé à plus de 1000 m d’altitude au Québec, la création d’un parcours de luge avec un dénivelé de 400 m sur 5 km de longueur, et la bonification de la plus belle terrasse d’observation des étoiles.

Par ailleurs, 1,01 million $ permettra l’ajout de 35 emplacements pour l’agrandissement du camping du secteur Franceville, disponibles pour la réservation à l’été 2020, grandement nécessaire pour soutenir la croissance élevée de cette nouvelle infrastructure dans l’offre de services du PNMM.

« Le sommet du mont Mégantic, un des plus hauts au sud du Québec, suscite l’émerveillement des visiteurs et incite à la découverte », a d’abord lancé Catherine Grenier. « Nous allons installer un dôme d’animation pouvant accueillir 100 personnes, ce qui doublera la capacité de la plus belle terrasse sous les étoiles au monde! De plus, un télescope replié de type Newton de 91 cm, le plus grand dédié au public, et une lunette apochromatique s’ajouteront au télescope de type Cassegrain de 60 cm déjà installé à l’Observatoire populaire du Mont-Mégantic. » Un ensemble inégalé pour les sites d’observation publics que forme la combinaison de ces trois instruments, d’après elle.

Mme Grenier a ensuite décrit le premier refuge gardé à cette altitude au Québec, qui s’ajoutera au sommet et qui sera constitué par la résidence des astronomes que l’Observatoire scientifique du Mont-Mégantic cède au PNMM. « Il sera équipé d’une cuisine et d’une aire commune avec foyer et café-restaurant, de six chambres avec lit à deux places et d’un dortoir à quatre lits à une place. »

« Le dernier élément, et non le moindre, du projet de mise en valeur du sommet vise à assurer une offre hivernale distinctive afin de profiter de l’enneigement exceptionnel du secteur. Imaginez-vous descendre la montagne en luge, ce sera spectaculaire! »

Le député de Mégantic, François Jacques, s’est réjoui à son tour que le parc « fasse rayonner les splendeurs de notre région. Je remercie les efforts de réduction de la pollution lumineuse que vous avez investis au cours des années. » Il a signalé que le nombre de visiteurs y augmente constamment, ayant atteint 130 000 l’an dernier. Il a insisté sur l’importance de la bonification de l’offre hivernale que représente la descente de luge et s’est engagé à venir l’inaugurer lui-même le premier, quand elle sera construite.

L’échéancier de ces nouvelles réalisations a été fixé à l’année 2022, confirmé par le ministre Dufour.