Kelly Bellerose Demers, Cynthia Ouellette, Carolyne Desroches et Samantha Lemieux ont toutes effectué un retour aux études grâce au programme Maman futée.

45 000 $ pour la scolarisation des jeunes mères

En terminant leur secondaire, les mamans décrochent bien plus qu’un diplôme. Elles ressortent de leur parcours avec une estime de soi décuplée et une confiance nouvelle en leurs moyens pour non seulement améliorer leur qualité de vie, mais surtout pour se donner des choix.

Depuis 2009, le programme Maman futée est en place dans la MRC des Sources. En offrant une formation à temps partiel, des haltes-garderies, du transport et des possibilités d’allocation, il réunit les conditions gagnantes pour que les jeunes mères puissent compléter leur scolarité.

Depuis, le projet a fait des petits entre autres dans la MRC du Granit avec la naissance du Groupe MOUV en 2015 et dans la MRC de Coaticook avec le programme Parent-bition en 2016.

C’est pour soutenir ces initiatives qu’un montant de 45 000 $ a été accordé par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur pour la mise sur pied du Programme de scolarisation des mères en Estrie. C’est la députée de Richmond et adjointe parlementaire du premier ministre pour les dossiers jeunesse, Karine Vallières, qui en faisait l’annonce lundi matin.

Le programme a pour but de favoriser le retour aux études et l’intégration sur le marché du travail des mères de la région par une approche qui propose un volet académique et un volet entrepreneurial de même que des ateliers socioprofessionnels, parentaux et psychosociaux.

« C’est un projet pilote de trois ans mis en place en Estrie. Le montant de 45 000 $ est alloué pour la première année afin de réaliser la première phase et de démontrer les bienfaits du programme », explique Karine Vallières.

« La première phase consiste en une évaluation quantitative afin de démontrer les retombées du projet. Pour la suite, on espère que le gouvernement pourra financer les deux autres années du projet pilote et que la scolarisation des mamans de la façon qu’on le fait sera reconnue et financée pour que ça puisse être reproduit ailleurs au Québec », souligne Sylvie Bibeau, directrice générale du Carrefour jeunesse emploi des comtés de Richmond, Drummond, Bois-Francs.

Notons que les programmes soutenus en Estrie rejoignaient déjà plusieurs objectifs annoncés par le gouvernement provincial dans sa politique de réussite éducative ainsi que dans son plan d’action pour l’inclusion économique et la participation sociale.

Comme une grande famille
Pour Carolyne Desroches et Cynthia Ouellette, leur parcours au sein de Maman futée a été des plus positifs. Elles sont maintenant plus outillées, plus confiantes et sont entourées de nouvelles amies qui ne pourraient pas mieux les comprendre.

« Grâce au programme, je peux continuer mes études et envoyer mes enfants à la garderie où ils socialisent. Si le programme n’existait pas, je serais probablement encore chez moi », confie Carolyne qui poursuit le programme depuis octobre.

Cynthia est une Maman futée depuis deux ans. Avec trois enfants qui fréquentent l’école, les bénéfices du programme sont remarquables.

« J’adore ça parce que je peux éduquer mes enfants au niveau scolaire. Mes enfants sont aussi très fiers de moi, je fais mes devoirs avec eux! Donc ça les motive eux aussi à persévérer. »

Car les retombées sont aussi visibles sur les enfants de ces jeunes mères. En étant elles-mêmes plus outillées, elles seront en mesure de les accompagner dans leur parcours scolaire et ainsi contre le décrochage intergénérationnel.