La situation est si préoccupante que le prochain rapport annuel de la direction de la Santé publique de l’Estrie portera spécifiquement sur le développement des enfants.

30 % des Estriens à la maternelle sont vulnérables

SHERBROOKE — Près de 30 % enfants estriens à la maternelle cinq ans sont considérés comme vulnérables dans au moins un domaine, selon une enquête de l’Institut de la statistique du Québec. Ces données sont un peu plus élevées que celles de l’ensemble du Québec, alors que les résultats provinciaux ont été dévoilés la semaine dernière.

En Estrie, 300 enseignants de la maternelle ont rempli un questionnaire pour 4628 enfants dans 144 écoles. Le questionnaire permet d’évaluer le niveau de développement de groupes d’enfants dans cinq domaines essentiels à leur santé et leur bien-être, soit 1: santé physique et bien-être (santé, motricité fine et globale), 2 : compétences sociales (empathie, partage et entraide), 3 : maturité affective (gestion des émotions et autocontrôle), 4 : développement cognitif et langagier (capacité de raisonnement et langage) et 5 : habiletés de communication et connaissances générales.

L’Estrie a connu en 2017 une hausse des enfants qui sont vulnérables dans au moins un domaine de développement par rapport à 2012, passant de 26,8 % à 29,4 %. La hausse de la proportion d’enfants vulnérables est plus prononcée chez les garçons (passant de 33,7 % en 2012 à 37,4 % en 2017) et les enfants issus de milieux défavorisés (passant de 33,8 % en 2012 à 40,5 % en 2017).

Les enfants anglophones et allophones de la région de l’Estrie sont deux fois plus à risque de présenter une vulnérabilité dans au moins un domaine de développement (50,3 % et 46,1 % respectivement) que les enfants francophones (27,1 %). Un phénomène tout aussi préoccupant s’observe pour les enfants nés à l’extérieur du Canada, chez qui on observe une proportion d’enfants vulnérables de 52,4 %.

La situation est si préoccupante que le prochain rapport annuel de la direction de la Santé publique de l’Estrie portera spécifiquement sur le développement des enfants.

Les intervenants de la petite enfance en Estrie mettent des mesures concrètes en place pour améliorer le développement des enfants depuis 2012.

« Ces données seront très utiles pour les différents partenaires et organisations qui travaillent auprès des enfants et des familles. Nous pourrons réfléchir ensemble à quelles actions communes nous allons mettre en place pour améliorer la situation dans nos communautés locales et dans notre région. Les expériences vécues dans la petite enfance sont déterminantes pour la santé et le bien-être tout au long de la vie. », mentionne Marie-Andrée Roy, coordonnatrice du Collectif estrien 0-5 ans.