Selon l’ISQ, le nombre d’enfants par femme se situait à 1,62 en 2018, soit une légère baisse par rapport à l’année précédente.

20 petits Estriens de plus en 2018 qu’en 2017

La fécondité a continué de baisser en Estrie en 2018, alors que le nombre de naissances a progressé légèrement.

Selon l’Institut de la statistique du Québec (ISQ), le nombre d’enfants par femme se situait à 1,62 l’an dernier dans la région. C’est une légère baisse par rapport à l’année précédente, alors que le taux était à 1,63 enfant par Estrienne.

C’est beaucoup moins que le 1,76 enfant par femme enregistré il y a dix ans. En 2010, le taux se situait à 1,78 enfant par Estrienne.

Même si on observe une augmentation du nombre de naissances en Estrie l’an dernier, on est encore loin du sommet atteint en 2010. Selon l’ISQ, on a mis au monde 3042 nouveaux petits Estriens en 2018. C’était 20 bébés de plus qu’en 2017. L’année précédente, le nombre de naissances se situait à 3151.

En 2010, la région avait vu naître 3386 bébés. Il y a dix ans, en 2008,  il y avait eu 3312 naissances. 

Naissances et mariages stables au Québec

Les naissances et les mariages sont demeurés à peu près stables au Québec en 2018, mais le vieillissement de la population a provoqué une augmentation des décès, selon les récentes données publiées par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ).

L’espérance de vie est aussi restée stable, s’établissant à 80,7 ans pour les hommes et 84,2 ans pour les femmes.

Le nombre de naissances au Québec est estimé à 83 800 en 2018, un nombre semblable à celui de 2017, qui a été de 83 855.

L’ISQ note que cette stabilité succède à quelques années de baisse depuis le récent sommet enregistré en 2012, alors que le nombre de naissances s’était établi à 88 933. L’indice synthétique de fécondité a fléchi légèrement et est passé de 1,60 enfant par femme en 2017 à 1,59 en 2018. Il avait atteint 1,73 enfant par femme en 2008 et en 2009. La fécondité a poursuivi son recul chez les femmes de moins de 30 ans et a semblé se stabiliser au-delà de cet âge.

La naissance du premier enfant survient en moyenne lorsque la mère a 29,1 ans, soit 4 ans plus tard qu’en 1975. L’âge moyen à la maternité tous rangs de naissance confondus continue d’augmenter et s’est établi à 30,7 ans en 2018.

Selon les données provisoires de l’ISQ, 68 600 décès ont été enregistrés au Québec en 2018, soit 3,5 pour cent de plus qu’en 2017.

«Cette augmentation s’inscrit dans une tendance générale à la hausse liée au vieillissement de la population. La saison grippale sévère de l’hiver 2017-2018 a également contribué à cette augmentation», a noté l’organisme.

L’espérance de vie à la naissance s’établit à 80,7 ans chez les hommes et à 84,2 ans chez les femmes, des niveaux semblables à ceux de 2017 et de 2016.

«Alors que l’espérance de vie a augmenté de manière importante au cours des dernières décennies, on note un ralentissement du rythme d’accroissement depuis quelques années», indique-t-on.

Environ 22 800 mariages ont été célébrés au Québec en 2018, soit presque autant qu’en 2017 (22 883). De ce nombre, un peu plus de 700 mariages - 3 pour cent du total - ont uni des conjoints de même sexe.

«La propension à se marier demeure faible au Québec», note l’ISQ.

Les données indiquent en effet que seulement 28 pour cent des hommes et 31 pour cent des femmes se marieraient au moins une fois avant leur 50e anniversaire, selon les taux de nuptialité observés en 2018. L’âge moyen au premier mariage est de 33,6 ans chez les hommes et de 32,0 ans chez les femmes, en hausse d’environ 8 ans depuis le début des années 1970.