Le député d’Orford, Gilles Bélanger, le ministre Pierre Dufour et la vice-présidente à l’exploitation des parcs nationaux de la Sépaq, Catherine Grenier, croient fermement à la pertinence de développer le réseau de sentiers de vélo de montagne du parc national du Mont-Orford. Ils sont ici entourés de Mario Landry et Brigitte Marchand, respectivement responsable du service à la clientèle et directrice du parc.

20 km de sentiers cyclables de plus au parc du Mont-Orford

Le développement du réseau de sentiers cyclables se poursuivra au parc national du Mont-Orford. Une vingtaine de kilomètres de sentiers additionnels seront en effet ajoutés au cours de la prochaine année.

Ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs du Québec, Pierre Dufour s’est lui-même déplacé au parc du Mont-Orford pour annoncer l’ajout de nouveaux sentiers de vélo de montagne à l’intérieur de cette aire protégée mardi. Il était notamment accompagné par la vice-présidente à l’exploitation des parcs nationaux à la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq), Catherine Grenier.

À LIRE AUSSI: 5,4 M$ pour le parc du Mont-Mégantic

Les cyclistes viennent pourtant tout juste de découvrir le réseau que la Sépaq a commencé à mettre en place à Orford. Les dirigeants de la société d’État paraissent donc des plus confiants que l’activité continuera à connaître du succès au sein de l’aire protégée.

« Même si ce n’est que le début du vélo de montagne dans ce parc, on a déjà compris que c’est un succès. On savait aussi que les 12 kilomètres de sentiers aménagés dans un premier temps seraient bien peu et que, considérant l’offre actuelle, les cyclistes aguerris resteraient sur leur faim », indique Catherine Grenier.

La Sépaq a prévu investir 814 000 $ pour créer les 20 kilomètres de sentiers supplémentaires. Les travaux de réalisation devraient être terminés à la fin de l’été ou au début de l’automne 2020.

Député d’Orford, Gilles Bélanger a salué le projet dévoilé par le ministre Pierre Dufour mardi. Il a souligné, en donnant l’exemple de Burke au Vermont, que le vélo de montagne peut engendrer des retombées économiques non négligeables dans une région donnée. Il a plaidé pour que plus de sentiers encore soient ajoutés après 2020 dans le parc du Mont-Orford.

Pour le camping

Par ailleurs, le ministre Dufour a révélé qu’un montant de 445 000 $ sera investi pour rénover les installations du camping rustique Vallonier et procéder à l’ajout de six tentes de type prêt-à-camper dans le parc du Mont-Orford.

Pour expliquer les investissements dévoilés, le ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs du Québec a noté que le parc du Mont-Orford est une des aires protégées « phares » du réseau géré par la Sépaq. Plus d’un million de personnes pénètrent à l’intérieur de ses frontières tous les ans.

Invité à offrir des détails concernant l’agrandissement de l’aire protégée, Pierre Dufour s’est fait avare de commentaires. « On est en processus actuellement. Il faut prendre le temps parce qu’il y a plusieurs joueurs qui sont concernés », a-t-il noté.

Une consultation publique devra être organisée avant que l’agrandissement prévu puisse voir le jour. Elle n’aura sans doute pas lieu avant 2021, d’après les informations transmises.