« Maison blanche » à Orford: la Société d'histoire et la municipalité prêtes à dialoguer

MAGOG - Le Canton d'Orford et la Société d'histoire du canton d'Orford (SHCO) se disent tous deux prêts au dialogue. Mais aucune de ces deux organisations n'a pour le moment modifié de manière tangible son discours relativement à la « maison blanche » située à Cherry River.

Plusieurs membres de la SHCO ont assisté à la dernière assemblée du conseil municipal d'Orford lundi soir. Ils ont invité le Canton d'Orford à revoir son projet de pavillon communautaire, lequel prévoit notamment la démolition de la maison située au 2304 du chemin du Parc.

« On souhaite travailler avec la société d'histoire. Mais de garder le bâtiment tel quel tout en lui donnant une nouvelle vocation, c'est impensable pour nous. Je comprends que des gens ne soient pas contents, mais cette résidence est dans un état pitoyable. Et il n'y a rien de nouveau quand on dit que ce bâtiment a été altéré et qu'il présente des problèmes », affirme la mairesse Marie Boivin.

Afin d'obtenir un plus large consensus, Mme Boivin propose des modifications au projet de pavillon communautaire. « On est d'accord pour bouger des choses sur le projet initial. Par exemple, peut-on avoir une pente de toit davantage semblable à ce qu'on voit dans le village ? Avec les fenêtres aussi, il y a peut-être quelque chose à faire pour être plus près de ce qui existe autour », explique la mairesse d'Orford.

Malgré l'ouverture qu'elle démontre, la mairesse ne s'attend pas à ce que tous les Orferois soient séduits par l'architecture du futur bâtiment communautaire. « On veut que ça fasse "wow" et avoir une belle qualité architecturale. En plus, on désire que ce soit une construction écologique, tout en respectant le budget. Mais on ne pourra pas plaire à tout le monde. »

Selon toute vraisemblance, la résolution qui permettra à la municipalité d'emprunter de l'argent pour ce projet sera adoptée en janvier. Les citoyens auront cependant l'opportunité de réclamer la tenue d'un registre afin qu'un référendum se tienne avant le lancement des travaux.

L'opposition demeure

Président de la SHCO, Marc Bigué a senti une « certaine ouverture » chez les élus d'Orford. Il n'est toutefois pas complètement rassuré et compte faire le nécessaire pour que le conseil municipal abandonne l'idée d'ordonner la démolition du 2304 chemin du Parc.

« Je trouve qu'il se fait assez de démolition, au Québec, sans qu'en plus une municipalité décide de faire disparaître une maison patrimoniale. Oui, il y a un dialogue à entreprendre avec le Canton d'Orford, mais on a déjà l'intention de travailler pour qu'un registre soit ouvert par rapport à ce dossier », révèle M. Bigué.

Dans la foulée, le président de la SHCO soutient que la municipalité a opté pour une approche uniquement sécuritaire quand elle a étudié le cas de la résidence concernée. « On trouve mille raisons quand on souhaite se défaire d'une vieille maison », lance-t-il.

Selon lui, il serait possible de créer un projet de pavillon communautaire qui intégrerait la résidence patrimoniale. « Le conseil municipal avait regardé cette possibilité il y a quelques années. Ce serait intéressant que les élus actuels se penchent eux aussi sur cette idée. »