Estrie Aide sera fermé du 21 au 25 juin et du 28 juin au 2 juillet.

Estrie Aide contraint de fermer pendant la période de déménagement

Pour continuer à respecter sa mission sociale, Estrie Aide a décidé de fermer ses portes pendant quelques jours en cette période de déménagement.

En effet, l’organisme a pour mission de trouver une deuxième vie à certains objets et non de gérer des déchets. Or à cette période de l’année, constate-t-il, plusieurs personnes veulent se débarrasser de certains objets qui sont abîmés ou même qui ne sont plus utilisables. Dans ces cas-là, la solution ne devrait pas être Estrie Aide.

« Ce n’est pas la quantité le problème, c’est la qualité. Il y a beaucoup de choses que l’on ramasse. L’accessibilité fait en sorte que les gens viennent déposer chez nous. Mais chez Estrie Aide, on n’est pas là pour faire de la gestion de déchets, on est dans le réemploi. S’il y a des choses qui ne sont plus utilisables, on doit quand même les acheminer dans les écocentres ou chez Valoris. Ça nous coûte 100 000 $ par année pour gérer tout ça. Alors c’est pour ça qu’on a fait une petite campagne sur nos réseaux sociaux, on veut dire aux gens de faire attention. Si un objet n’est plus bon, abîmé ou déchiré, il vaut mieux aller le porter dans un écocentre », explique Claude Belleau, directeur général d’Estrie Aide.

C’est pourquoi il a pris la décision de fermer du 21 au 25 juin et de rouvrir deux jours, les 26 et 27 juin, afin de permettre à ceux qui ont des objets de qualité de venir les porter. Ensuite, Estrie Aide sera fermé à nouveau du 28 juin au 2 juillet.

Bien que l’organisme soit fermé, certains ont quand même tenté d’aller déposer des objets qui avaient été refusés.

« C’est déjà arrivé que l’on refusait des choses et que le soir, après la fermeture, on retrouvait ces objets dans la cour ou devant le centre de dons. Mais on ne veut pas critiquer les gens de Sherbrooke, car les citoyens sont beaucoup plus conscients de l’environnement depuis les dernières années », dit M. Belleau en précisant que ce qu’il veut, c’est seulement travailler dans de bonnes conditions.

Enfin, le directeur général invite les gens de Sherbrooke à porter un peu plus attention à ce qu’ils viennent déposer au centre de dons d’Estrie Aide.

« Le premier réflexe, c’est de se demander pourquoi on ne veut plus cet objet. Après, c’est de constater si l’objet est brisé ou déchiré. Si c’est le cas, ce n’est certainement pas à Estrie Aide qu’il faut aller le porter. »