L’organisme Estrie Aide invite les Sherbrookois à faire un ménage de leurs placards et à amener les bottes d’hiver dont ils veulent se départir au 345, rue Wellington Sud.

Estrie Aide à court de bottes d'hiver

Estrie Aide lance un appel à la population afin de recevoir des bottes d’hiver. « On vous invite à faire un vide placard et à venir nous porter vos bottes, pour hommes, femmes ou enfants, on en a besoin! » lance la responsable des communications de l’organisme, Angela Sukic.

« On s’est un peu fait prendre par l’arrivée de la neige... On n’était pas prêt lorsque la demande est arrivée alors on a sorti tout ce qu’on avait sur les tablettes, mais nous n’allons pas être capable de répondre à la demande longtemps », explique Mme Sukic. 

En plus des bottes, l’organisme a un important besoin d’habits de neige pour enfants.

« Que ce soit des manteaux, des tuques ou des mitaines, on a besoin de beaucoup de morceaux pour les enfants, et ce, tout au long de l’hiver », poursuit Mme Sukic, en précisant que la demande est toujours grandissante.

Diversification de la clientèle

Dédié à une clientèle à faible revenu dans le passé, Estrie Aide compte maintenant une clientèle plus diversifiée. « Nos clients ont effectivement changé avec le temps. Nous avons maintenant une partie de notre clientèle du magasin motivée par leur conscience environnementale et décidée à utiliser le pouvoir de leur porte-feuille dans leurs achats », soutient Claude Belleau, directeur général d’Estrie Aide.

Et si l’arrivée du Village des Valeurs à Sherbrooke en janvier 2018 a quelque peu tracassé l’équipe d’Estrie Aide, M. Belleau affirme ne plus avoir aucune inquiétude liée à l’implantation de cette multinationale sur le territoire sherbrookois.

« Nous nous étions fixé des objectifs pour l’année en cours et chaque mois, nous avons dépassé nos objectifs. Nous avons même eu un mois record en octobre! 

« Nous sommes une entreprise impliquée dans notre milieu depuis 20 ans. Outre notre mission environnementale, le cœur de notre organisme, c’est de remettre des personnes sur le marché du travail. Nous sommes bons dans ce que nous faisons et j’ai confiance en notre équipe », résume M. Belleau.