Une pétition lancée sur Internet réclame la création d'un poste d'ergothérapeute à temps complet à la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) afin d'offrir aux élèves et aux enseignants des écoles de la CSRS un encadrement répondant aux besoins des enfants en difficultés d'apprentissage.

Ergothérapeute réclamé à la CSRS

Une pétition lancée sur Internet réclame la création d'un poste d'ergothérapeute à temps complet à la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) afin d'offrir aux élèves et aux enseignants des écoles de la CSRS un encadrement répondant aux besoins des enfants en difficultés d'apprentissage.
Lancée en début de semaine, la pétition est l'initiative d'Emmanuelle Jasmin, chercheure et professeure adjointe en ergothérapie de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke. Mme Jasmin est une spécialiste des troubles neurodéveloppementaux chez les enfants et les adolescents.
Lancée sans tambours ni trompette, la pétition avait recueilli plus de 330 signataires vendredi après-midi.
Dans le préambule de sa pétition, la professeure Jasmin rappelle qu'il est du devoir d'une commission scolaire de « s'assurer que les élèves ayant des besoins particuliers, en raison notamment de problèmes de santé (de nature physique, psychologique ou cognitive), bénéficient de services éducatifs adaptés dans le cadre le plus normal possible. »
Tout en rappelant qu'ailleurs au Québec, des commissions scolaires ont créé des postes en ergothérapie pour rendre ce service disponible dans leurs écoles, Mme Jasmin estime que la CSRS devrait elle aussi emboîter le pas dans cette direction, considérant les impacts positifs qu'un tel service apporte au chapitre de la réussite scolaire.
Selon Mme Jasmin, des études ont démontré l'efficacité de l'ergothérapie en milieu scolaire pour améliorer le rendement scolaire des élèves, notamment au chapitre des habiletés fonctionnelles telles que l'écriture à la main ou à l'ordinateur ainsi qu'au chapitre de l'autonomie.
Elle précise que l'intégration scolaire des élèves ayant des besoins particuliers est « facilitée » lorsque l'ergothérapeute intervient directement et de façon continue à l'école.
En plus de pouvoir dépister les élèves ayant des difficultés de fonctionnement, un ergothérapeute serait en mesure de proposer des interventions adaptées aux besoins des élèves, écrit Mme Jasmin, tout en soulignant l'apport qu'un ergothérapeute pourrait apporter aux enseignants eux-mêmes.
« En ne dispensant pas les services requis aux élèves ayant des besoins particuliers, nous sacrifions leur potentiel et compromettons leur avenir, en plus d'alourdir le quotidien des enseignant-e-s et des parents et de pénaliser la génération de demain », prévient la chercheure de l'Université de Sherbrooke.
Par la voix de sa directrice des communications, Diane Blais, la CSRS a fait savoir qu'elle ne commentera pas la démarche entourant cette pétition.