Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La Ville de Sherbrooke a éntériné le budget pour l’organisation de l’élection municipale du 7 novembre 2021.
La Ville de Sherbrooke a éntériné le budget pour l’organisation de l’élection municipale du 7 novembre 2021.

Entre 1,4 et 1,9 M$ pour organiser les élections municipales à Sherbrooke

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
Article réservé aux abonnés
L’organisation des élections municipales, prévues le 7 novembre dans tout le Québec, coûtera entre 1,4 et 1,9 M$ à Sherbrooke. Les prévisions varient en fonction de l’impact de la pandémie de COVID-19.

La directrice du Service des affaires juridiques et présidente d’élection, Line Chabot, s’attend à devoir tenir une élection hybride, si bien que le montant réel des dépenses pourrait se situer entre les deux sommes calculées. 

« Même si nous ne sommes plus en période de pandémie, l’élection ne pourra pas s’organiser de façon traditionnelle parce que les gens seront encore inquiets. Il faudra prévoir plus de salles, plus de personnel. Il se peut qu’on ait une élection hybride. Il se peut qu’on se retrouve entre les deux pour les montants », a-t-elle expliqué. 

Par hybride, on entend justement de prévoir des mesures COVID. Le vote pourrait même avoir lieu sur deux jours.

Pour l’instant, le vote par correspondance n’est pas envisagé. S’il était permis, le Directeur général des élections en aviserait les municipalités en mai ou en juin. « Ce n’est pas trop tard, mais il sera temps qu’on sache où on s’en va. Pour le moment, je prévois de réserver toutes les salles disponibles et, au pire, j’annulerai des réservations », résume Mme Chabot.

En 2017, l’élection avait coûté un peu moins de 1,1 M$. « Pourquoi les coûts sont supérieurs d’un quart de million? Ça semble principalement dû à des salaires et à de l’ajout de personnel », a interrogé le conseiller Pierre Tremblay, qui a inscrit sa dissidence au moment d’accepter l’emprunt pour l’organisation des élections. Marc Denault était aussi dissident. 

« Il y a un budget qui a été calculé en fonction d’une élection traditionnelle (1,4 M$), et une autre colonne pour un budget COVID avec un 30 % supplémentaire (1,9 M$) nécessaire pour pallier les mesures sanitaires si on avait besoin de faire une élection en pandémie », résume Line Chabot. 

Salaires majorés

Les salaires des employés ont aussi été majorés significativement. La présidente d’élection touchait 30 000 $ en 2017. Son salaire pour l’élection de 2021 sera de 45 000 $, avec une réserve de 9000 $ supplémentaires en cas d’élection en contexte de COVID. Pour la secrétaire d’élection, le salaire passera de 27 000 $ à 40 500 $, avec une réserve de 8100 $ pour la COVID.

« Les salaires ont été ajustés en fonction de ceux versés dans les autres grandes villes du Québec. C’est une mise à jour faite aux comparables obtenus des autres grandes villes. De façon générale, les salaires tournent entre 45 000 et 68 000 $ pour les autres grandes villes », dit Mme Chabot.

Le salaire de la secrétaire d’élection, par exemple, est établi en fonction d’un pourcentage précis du salaire de la présidente. En 2017, aucun budget n’était prévu pour des adjoints à la présidente. En 2021, deux adjoints sont prévus, pour des salaires totaux variant entre 86 000 $ et 103 000 $. 

Interrogée sur le salaire des présidents d’élection dans les autres villes, Mme Chabot parle de 45 000 $ à Terrebonne et Longueuil, de 50 000 $ à Saguenay et Gatineau et de 68 000 $ à Montréal. « Mais on ne se compare pas vraiment à Montréal parce que nous ne sommes pas dans les mêmes envergures. Ça fait deux fois que je relance les autres villes. Je n’ai pas eu de réponses. Plusieurs villes sont encore à confectionner leur budget d’élection à cause de la COVID. Ça représente un défi. Normalement, on se consulte peu en période électorale, parce qu’on sait comment ça fonctionne. Cette année, c’est très différent. Le défi que nous aurons à relever sera immense. »

Notons qu’une marge de manœuvre de 75 000 $ est prévue pour le jour du scrutin, si la pandémie avait toujours cours. À cette somme s’ajoute le budget pour les locaux et le mobilier, qui variera entre 104 000 $ et 131 800 $. Et si on passait au vote par correspondance? Il faudrait probablement revoir l’ensemble du budget.

Le conseiller Paul Gingues a rappelé que la Ville de Sherbrooke a reçu 16 M$ du gouvernement du Québec pour les dépenses liées à la COVID et que les dépassements de coûts pour l’élection devraient être puisés.

Line Chabot a assuré que les travailleurs de l’élection feront tout en leur pouvoir pour dépenser le moins possible.

L’idée de reporter l’élection en avril 2022 avait été soulevée, mais n’a pas été retenue.