Denis Simard, coordonnateur au partenariat syndical-patronal et affaires juridiques, Josée Paquette, directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques, et Sophie Séguin, présidente du SPSCE-FIQ, ont dévoilé le résultat du vote en faveur de l'entente de principe intervenue entre le CIUSSS de l’Estrie et ses infirmières en septembre dernier.

Entente de principe: les infirmières disent oui à 81 %

L’entente de principe conclue entre le CIUSSS de l’Estrie et ses infirmières en septembre dernier deviendra convention collective.

Les membres du Syndicat des professionnelles en soins des Cantons-de-l’Est-FIQ (SPSCE-FIQ) ont ratifié dans une forte proportion l’accord signé à quelques jours de la date butoir de la fin septembre.

Lire aussi: Le CIUSSS signe une première entente avec la FIQ

20 «prix citrouilles» remis au CIUSSS

Les membres FIQ, soit les infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes cliniques, ont voté de façon électronique les 29 et 30 octobre derniers à 81,2 % pour l’entente. Rappelons qu’on a accompli le tour de force de réussir à harmoniser les 14 conventions collectives des 14 ex-établissements.

« Après des mois de négociations, nous avons réussi à avoir des gains majeurs, comme le port d’attache constitutif du poste, la stabilisation des équipes, le rehaussement des postes, la mise en place d’un comité pour les particularités des infirmières praticiennes spécialisées ainsi que la continuation des congés annuels lors d’un changement de poste », a dit fièrement Sophie Séguin, présidente du SPSCE-FIQ, qui regroupe 5000 membres.

« L’entente prévoit moins d’heures supplémentaires obligatoires. Nous pourrons offrir des soins de qualité et sécuritaires. » 

Rappelons que la stabilité dans les équipes de soins et les enjeux de mobilité à l’intérieur du CIUSSS faisaient partie des grandes préoccupations de la FIQ.

Les séances de négociation se sont déroulées dans un esprit de collaboration afin de tenir compte des besoins des membres du personnel et d’offrir des soins de qualité à la clientèle. 

Et c’est de cette manière que les deux parties aborderont, notamment, les grands défis de main-d’œuvre auxquels est confronté le réseau de santé et de services sociaux, a mentionné Josée Paquette, directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques.

« Stabilité et flexibilité »

« Nous sommes très heureux de la ratification de cette première entente négociée avec un partenaire syndical. Avec une approbation de 81,2 %, cela nous confirme que les membres voient la plus-value de cette entente », souligne-t-elle.

« Cette dernière nous permettra de faire de nouvelles avancées dans notre organisation afin de favoriser la stabilité et une certaine flexibilité pour offrir des services sécuritaires et de qualité. »

Mme Paquette ajoute que le CIUSSS planchera sur cette entente pour attirer des infirmières dans ses rangs afin de lutter contre la pénurie qui perdure depuis des années. 

La nouvelle convention collective entrera en vigueur dans les prochaines semaines. On croit que les usagers du réseau de la santé et des services sociaux de la région sentiront rapidement la différence dans les soins prodigués.

Selon Denis Simard, coordonnateur au partenariat syndical-patronal et affaires juridiques, on a mis 50 jours pour en venir à cette entente. Au final, on est arrivé à un résultat qui apportera plus stabilité dans les équipes, notamment avec la création de postes à temps complet et une meilleure coordination des horaires de travail.

En parallèle, les membres du Syndicat du personnel administratif du CIUSSS de l’Estrie CHUS-CSN (SPACEC-CSN) ont aussi voté en faveur d’une entente intervenue au début d’octobre avec la direction du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Il n’a pas été possible de faire confirmer officiellement la nouvelle mercredi. On doit faire le point jeudi.

La Tribune révélait le 4 octobre que l’entente de principe avait été jugée satisfaisante pour les syndiqués en répondant aux priorités identifiées par les membres. Les deux parties ont dû faire des concessions.

Rappelons que le CIUSSS n’est toujours pas parvenu à une entente avec deux de ses quatre syndicats, soit l’APTS (Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux, catégorie 4) et le SCFP (Syndicat canadien de la fonction publique, catégorie 2).