Marc Denault

Entente conclue et acceptée par les chauffeurs de la STS

Une entente est intervenue entre le Syndicat des chauffeurs de la STS (SCFP) et la direction de la Société de transport de Sherbrooke (STS) pour le renouvellement de la convention collective des 147 chauffeuses et chauffeurs.

Cette entente de principe, conclue à la 26e séance de négociation, a été entérinée par les membres lors d’une assemblée générale spéciale qui s’est tenue mercredi. Les 108 syndiqués présents ont voté à 84 pour cent en faveur.

L’été a été salutaire pour la partie patronale, constate Jean-Pierre Guay, président syndical. «Les négociations ont repris après les vacances et les patrons sont arrivés avec une offre finale qui comprenait en grande partie les demandes faites avant les vacances», s’étonne-t-il.

«Les idées ont comme germé durant l’été. Ils ont accepté des demandes que nous avons depuis 40 ans.»

On se penchera sur les temps de parcours, poursuit M. Guay. «On pourra les rendre plus réalistes, pour ne pas que les gens manquent leur correspondance ou leur rendez-vous», dit-il.

«On comité paritaire sera formé pour étudier les temps de parcours. Les chauffeurs auront plus le temps de souffler.»

On reverra aussi les déplacements des chauffeurs en fin de quart de travail. On mettra sur pied aussi un comité pour étudier la sous-traitance à la STS.   

Au chapitre des salaires, ils seront majorés de 2 pour cent par année sur cinq ans. Les chauffeurs n’effectueront pas des quarts de travail consécutifs de moins de six heures et demie et de plus de huit heures et demie.

«Les rencontres se sont toujours déroulées dans un climat de respect entre les deux parties. Malgré des divergences d’opinions sur certains points – ce qui est tout à fait normal en période de négociation – les deux parties étaient toujours à la recherche de solutions», mentionne le président de la STS, Marc Denault.  

«Cette ouverture d’esprit nous a permis d’en arriver à une entente négociée, sur le normatif et le monétaire.» 

L’entente de cinq ans respecte les principes de saine gestion financière et d’équité avec les autres syndicats, assure la direction de la STS. Elle permet la mise en place de solutions concrètes visant l’amélioration des conditions de travail de nos employés ainsi que les conditions requises pour donner un service de qualité à nos clients, note un communiqué de presse.

La STS et son syndicat soulignent que la période de négociation n’a pas eu d’impacts négatifs sur le service offert à la clientèle. 

Le contrat de travail était échu depuis un  an et demi.