Le véhicule Ford de 1911 était l’attraction vedette lors du Rendez-vous d’Howard le week-end dernier.

Encore un succès pour le Rendez-vous d’Howard

Tout le week-end, le Domaine Howard ouvrait ses portes aux citoyens pour son annuel Rendez-vous, là où la culture, le patrimoine et l’histoire de Sherbrooke sont mis de l’avant. Même s’il s’agissait de sa 17e édition, chaque année la programmation propose de nouvelles activités, question de se réinventer.

Pour 2018, le parc du Domaine transportait pour la première fois ses visiteurs au début du 20e siècle, lors de l’industrialisation de Sherbrooke. Les activités et l’ambiance de l’époque ont fait de cette édition un réel succès. La présidente du comité organisateur Chantale L’Espérance se veut des plus satisfaites en affirmant qu’il s’agit d’une année record en ce qui concerne les visiteurs.

« C’est une belle édition, on a fait des transformations un peu sur le site et c’est bien. On a amené plusieurs nouveautés et il y a un bel achalandage. Nous, ce n’est jamais pareil, on veut que les gens reviennent », indique-t-elle, en tâchant de remercier Dame Nature pour la belle température.

Plusieurs visiteurs restaient étonnés de voir le Domaine Howard bondé de monde tous les jours.

Mme L’Espérance se réjouissait d’ailleurs de voir plusieurs personnages avec des vêtements d’époque sur le site. Et pas seulement les bénévoles ou les invités, plusieurs citoyens s’amusaient aussi à jouer le jeu.

Parmi les nouveautés, on remarque un site plus gros avec notamment un espace pour les activités au thème amérindien, des conférences et beaucoup plus d’offres de nourriture. « La nourriture c’était notre point faible l’an passé, cette année on a réglé ça », précise-t-elle. 

L’attraction qui suscitait le plus la curiosité était certainement la promenade à bord du véhicule historique de Jean-René Laguenière. Cet ancien modèle Ford roule depuis plus de 100 ans et possède encore toutes ses pièces d’origine.

« C’est l’époque de quand les voitures étaient assemblées à la main, explique l’amateur de voitures anciennes. On est applaudi pas mal, les gens sont intéressés, il y en a même qui se chicane pour savoir qui est le prochain. »

Les tours d’auto permettaient de parcourir quelques kilomètres et d’en apprendre davantage sur le véhicule de collection, qui ne dépasse pas 65 km/h.

« C’était vraiment le clou du spectacle », ajoute Mme L’Espérance.

« Valeurs sûres »

En plus des nouveautés, le Rendez-vous d’Howard ne pouvait se départir de ses activités habituelles. « Il y a des valeurs sûres qu’on ne peut pas tasser, sinon je pense que ça ferait une révolution », rigole la présidente.

Les files d’attente pour la visite des pavillons et le thé à l’anglaise parlaient d’elles-mêmes. 

Les activités de musique ou de danse d’époque étaient aussi de retour, et toujours populaires. Plusieurs groupes en était à leur première participation, comme plusieurs prestations de chant amérindien, alors que d’autres sont des habitués.

Entre autres, les danseurs Dorothé Beauregard et Guy Aubin sont de passage à Sherbrooke avec la Société Miroirs du temps, pour une deuxième année. Ils présentaient des ateliers ainsi que des spectacles de danse d’époque, entre 1890 et 1929.

« Les gens ont beaucoup de plaisir, mais de les inviter à danser avec nous, ils sont plus gênés. On met ça facile, et ils finissent par embarquer », commente Mme Beauregard, mentionnant fièrement qu’elle a elle-même créé ses costumes pour l’occasion.