Encore cinq nouvelles éclosions dans des milieux de travail

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
L’Estrie est maintenant plongée en zone rouge. En « zone franchement rouge », affirme même le directeur de la Santé publique de l’Estrie. « Lundi lorsque nous avons fait l’annonce que la région passerait en zone rouge, il y avait une part de projection. Toutefois, avec les chiffres que nous avons eu dans les derniers jours, nous pouvons dire que nous sommes maintenant franchement dans la zone rouge », soutient le Dr Alain Poirier.

En cette première journée en zone rouge, l’Estrie a  enregistré 73 nouveaux cas positifs de COVID-19, principalement dans les MRC de Sherbrooke (20), de la Haute-Yamaska (20), du Granit (15) et de la MRC des Sources (12).

Quatre nouveaux décès attribuables à la COVID-19 sont aussi à déplorer au bilan quotidien présenté par la Santé publique de l’Estrie jeudi, portant le total des décès à 51 depuis le début de la pandémie.

« Ce ne sont pas tous des décès datant des 24 dernières heures, car il peut y avoir un délai entre le décès et le rapport du médecin qui confirme que le décès est bien attribuable à la COVID-19 », explique le directeur de la Santé publique de l’Estrie.

Une des quatre personnes décédées au cours des derniers jours était une résidente du CHSLD d’Youville à Sherbrooke, alors que les trois autres personnes vivaient dans leur résidence.

La moyenne mobile des sept derniers jours est Estrie est maintenant passée à 65 nouveaux cas positifs par jour, bien au-delà de la limite quotidienne de 50 nouveaux cas par jour pour demeurer en zone orange.

Cinq nouvelles éclosions en milieux de travail

L’Estrie comptait déjà une vingtaine d’éclosions en milieux de travail; cinq se sont ajoutées au bilan présenté jeudi par la Santé publique de l’Estrie.

Quatre de ces éclosions concernent des milieux de travail « sans service à la clientèle direct », mais l’une concerne la Coopérative Ambulance de l’Estrie où « la situation est sous contrôle et ne causera pas de bris de services ».

« Nous avons moins de cinq cas qui sont concentrés à la caserne de Magog. Nous avons aussi retiré quelques employés qui avaient été en contact avec les personnes infectées. Nous avons renforcés plusieurs de nos mesures de sécurité, qui étaient déjà bien présentes depuis la première vague. Nous sommes en mesure de continuer toutes nos opérations, d’ajouter des ambulances quand la demande le requiert, et nous avons tous les jours de sept à dix personnes qui travaillent au dépistage de la COVID-19 », explique Jean-François Pellerin, directeur des opérations chez Ambulance de l’Estrie.

Appel au dépistage dans la MRC des Sources

La MRC des Sources est présentement la MRC du Québec qui compte le plus grand nombre de cas actifs de COVID-19 au prorata de sa population avec un taux de 897,80 cas actifs par 100 000 habitants. En Estrie, la MRC du Granit suit avec un taux de 384,06 cas actifs par 100 000 habitants.

Ces taux de cas actifs chutent ensuite à moins de 200 cas actifs par 100 000 habitants presque partout en province, à l’exception des MRC du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui est la région sociosanitaire la plus durement affectée par la pandémie actuellement.

C’est en raison du nombre élevé de cas dans cette MRC que le point de service de dépistage d’Asbestos sera ouvert sur rendez-vous les samedi 14 et dimanche 15 novembre.

Il est fortement recommandé aux personnes d’Asbestos présentant des symptômes de COVID-19, ayant fréquenté des lieux actuellement en éclosion, ayant fréquenté des lieux où la distanciation physique était plus difficile à respecter ou encore qui sont inquiètes d’avoir été exposées à un cas positif de téléphoner au 1 855 244-1548 (entre 8 h et 20 h) pour obtenir un rendez-vous de dépistage dans les 24 h.

Le point de service de dépistage d’Asbestos est situé au 475, 3e Avenue, local 2108, à Asbestos.

Plusieurs éclosions en milieux scolaires

Durant la dernière semaine, les éclosions en milieux scolaires se sont multipliées en Estrie. Jeudi, une éclosion s’est déclarée à l’école Sylvestre de Sherbrooke. L’éclosion à l’école Mitchell-Montcalm (pavillon Mitchell) compte maintenant six personnes infectées.

En tout, il y a 12 écoles primaires et secondaires aux prises avec des éclosions sur les territoires des centres de services scolaires de la Région-de-Sherbrooke, des Hauts-Cantons et des Sommets, en plus des écoles privées de Sherbrooke.

Toutefois, sur la liste du ministère de l’Éducation, il y a au total 28 écoles qui ont à composer avec la présence d’au moins un cas actif qui pourraient éventuellement mener à des éclosions.

Le Dr Poirier appelle les jeunes à plus de prudence, sans vouloir les culpabiliser outre mesure non plus. « Les jeunes dans les écoles secondaires ne sont pas très malades à cause de la COVID-19. Mais ces jeunes-là ont des parents, qui peuvent travailler dans le réseau de la santé… Chaque fois qu’un employé est infecté, le risque est plus grand de transmettre le virus dans des milieux plus vulnérables, comme les CHSLD, les résidences pour aînés ou les centres hospitaliers », rappelle-t-il.

 Les directions des écoles travaillent pour inciter les jeunes à respecter les règles sanitaires en vigueur. Les policiers interviennent également à l’occasion pour faire de la sensibilisation. Les rassemblements sont encore fréquents dans les cours d’école.

« On entend aussi dire par les chauffeurs d’autobus scolaires que c’est difficile de faire respecter les règles à l’intérieur des autobus… »

« Il faut maintenant parler aux parents, pour qu’ils chauffent