C’est Justin Trudeau lui-même qui a présenté Élisabeth Brière aux Sherbrookois, mardi soir au Grand Hôtel Times.

Élisabeth Brière confiante

Élisabeth Brière est officiellement la candidate libérale dans Sherbrooke. La notaire semblait sur un nuage après que le premier ministre Justin Trudeau l’ait présentée aux partisans présents au Grand Hôtel Times. « C’est extraordinaire de sentir l’énergie qui avait ici dans la salle; ça transporte », a-t-elle témoigné à La Tribune après la soirée d’investiture.

La présidente de la Maison Aube-Lumière se penchera notamment sur l’environnement au cours de sa campagne. « Il y aura aussi l’immigration, nous savons que nous sommes en pénurie de main-d’œuvre, ça peut certainement être une solution. Je vais parler de logement social, de la condition des femmes, il y a plein de dossiers sur lesquels on peut travailler ! »

D’ailleurs, Mme Brière compte bien travailler sur la situation précaire des médias régionaux. « Le matin à la maison, La Tribune est sur la table. Nous sommes cinq, on la lit tous. C’est plus qu’un quotidien, si on peut faire quelque chose, je serai là. Je vais faire mes devoirs et je vais revenir avec du concret », assure-t-elle.

Mme Brière aura un beau défi, celui de faire élire un député libéral — et une première femme — dans la circonscription de Sherbrooke. Le dernier à avoir été élu sous la bannière rouge au parlement est Irénée Pelletier, qui a terminé son dernier mandat en 1984.

Ce qu’a vécu Mme Brière dans toutes ses implications pourrait l’aider dans sa carrière politique, selon elle. « Quand on siège au sein d’un conseil d’administration, on est appelé à prendre position, à défendre des intérêts et à défendre de gros dossiers. J’imagine que c’est toute une expertise, une expérience qui va être utile dans cette nouvelle vie politique », considère l’aspirante députée.


« Je vais parler de logement social, de la condition des femmes, il y a plein de dossiers sur lesquels on peut travailler ! »
Élisabeth Brière

La montée des conservateurs ne semble pas faire trop peur à la candidate libérale. « Ça va se passer sur le terrain. On a encore deux mois pour faire le travail, aller à la rencontre des gens, les entendre, connaître leurs besoins », exprime Mme Brière, confiante.

« Excellente candidate »

Pour la députée de Compton-Stanstead et ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau, Élisabeth Brière est une « excellente candidate ». « C’est une professionnelle qui est très engagée dans sa communauté. Au-delà d’être notaire, elle est bénévole dans plein de comités. C’est une femme qui a les gens à cœur, qui est sincère. [...] Je suis vraiment contente de l’avoir dans l’équipe. »

« Ça fait 26 ans qu’on a une toute petite voix à Ottawa. Bien sûr que je veillais sur Sherbrooke, je représente une partie de la ville. Il faut enfin avoir la place qui nous revient et avec Élisabeth, j’ai confiance qu’on va l’avoir », dit Mme Bibeau, souriante.

Le premier ministre Justin Trudeau n’a pas parlé aux médias après l’investiture.