Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Évelyne Beaudin a présenté ses protégés à la population, jeudi soir.
Évelyne Beaudin a présenté ses protégés à la population, jeudi soir.

Sherbrooke Citoyen: un parti plus mature

Tommy Brochu
Tommy Brochu
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Sherbrooke Citoyen a mûri dans les quatre dernières années, estime la chef du parti, Évelyne Beaudin. Lors de l’investiture organisée en format hybride jeudi soir en direct du Théâtre Centennial, la candidate à la mairie a présenté son équipe et espère amener de la diversité au conseil de ville.

Pour la deuxième fois, Sherbrooke Citoyen offrira un candidat aux électeurs de chaque district. Mais cette fois, le parti a atteint un autre niveau, estime Mme Beaudin. « En 2017, en mars, on avait seulement cinq candidats de confirmés. Beaucoup de gens étaient embarqués au mois d’août. Là, j’ai commencé le recrutement il y a un an et demi. La dernière campagne, c’était tout un défi, car ça ne faisait même pas un an et demi qu’on existait. Là, ça fait un an et demi qu’on prépare la campagne », indique-t-elle. 

« Même si ç’a été énormément de travail, ç’a été plus facile de recruter. C’est comme si la marque Sherbrooke Citoyen se solidifie. Ce sont les mêmes idées, les mêmes convictions, mais plus de sagesse, d’expérience et de professionnalisme », mentionne-t-elle, ajoutant que l’étape suivante est de composer une équipe de bénévoles. 

Aux dernières élections, les Sherbrookois ont évincé le Renouveau Sherbrookois de Bernard Sévigny, qui était au pouvoir. Cette organisation a ensuite été dissoute. Mais Évelyne Beaudin n’a jamais senti que les gens avaient voté contre les partis. « Quand tu regardes tous les votes, plus de gens ont voté pour un candidat pour un parti. La vérité, c’est que les gens votent pour la personne en qui ils ont le plus confiance et qui est la meilleure pour occuper le poste, parti ou pas », analyse-t-elle. 

« Cette fois-ci, la moitié des districts s’ouvrent », mentionne-t-elle, rappelant qu’en 2017, comme le nombre d’élus avait été revu à la baisse, certains districts comptaient deux candidats sortants. 

« Ça va être un tout nouveau conseil », s’enthousiasme-t-elle. 

Candidats

D’ailleurs, qui dit parti, dit candidats. Mme Beaudin aimerait amener de la diversité au conseil de ville.

« Là, il va y avoir des jeunes et des femmes. Je ne pense pas qu’on ait déjà eu quelqu’un au conseil municipal qui venait d’ailleurs. Je ne pense même pas qu’on ait déjà eu une personne locataire. Cette diversité va amener une nouvelle façon de faire totalement », pense-t-elle.