Même si ses affiches sont encore visibles à quelques endroits dans la circonscription de Sherbrooke, Pierre Lanoux ne sera pas le candidat du Parti populaire du Canada le 21 octobre. Son dossier de candidature n’a pas été complété à temps.

Malgré ses pancartes, le PPC sera absent dans Sherbrooke

Le Parti populaire du Canada n’aura pas de candidat dans la circonscription de Sherbrooke aux élections du 21 octobre.

Le citoyen Pierre Lanoux, qui apparaît pourtant sur des affiches électorales au côté du chef Maxime Bernier dans les rues de la ville, n’a finalement pas été confirmé à la fin des mises en candidature lundi.

Selon les informations transmises par Serge Fleyfel, du service des relations avec les médias d’Élections Canada, M. Lanoux a remis sa candidature au dernier moment et après les vérifications d’usage, il s’est avéré que son dossier n’était pas complet.

Le nom de Pierre Lanoux n’apparaîtra donc pas sur les bulletins de vote le 21 octobre.

Il n’a pas été possible d’en savoir plus sur ce qui faisait défaut dans le dossier du candidat.

Parmi les étapes à franchir et les documents à fournir, notons qu’il lui fallait nommer un agent officiel et un vérificateur, ainsi que recueillir le nom, l’adresse et la signature d’au moins 100 électeurs habiles à voter dans la circonscription visée, selon les critères d’Élections Canada.

AbonnezvousBarometre

Pierre Lanoux avait annoncé son intention de se présenter comme candidat du PPC dans Sherbrooke en août. Il avait été approché par le parti, disait-il, et sa nomination était « officielle » depuis le 8 août.

L’homme de 62 ans a été agent de service à la clientèle et compte de nombreuses implications bénévoles auprès d’organismes tels que One et autres.

Son nom apparaissait encore mercredi dans la liste des candidats sur la page web du Parti populaire du Canada, pourtant mise à jour le 2 octobre, est-il précisé.

Sur sa page Facebook, le 26 septembre, il lançait un appel aux bénévoles en tant que candidat pour le PPC dans Sherbrooke « pour [l’] aider dans les semaines à venir ». Puis le 1er octobre, cette publication laconique : « Ce n’était qu’un rêve comme aurait dit Céline Dion... »

M. Lanoux n’avait pas répondu aux demandes d’entrevue de La Tribune mercredi. Le Parti populaire du Canada non plus.

Rappelons que Maxime Bernier ambitionnait de présenter des candidats dans les 338 circonscriptions du pays.

En début de semaine, on apprenait que le candidat dans West Nova en Nouvelle-Écosse, Chad Hudson, s’est retiré de la course parce qu’il trouve qu’il y a beaucoup « d’éléments clivants et dangereux » au sein de la formation politique créée par M. Bernier.