Les députées sortantes d’Ottawa-Centre, Catherine McKenna, d’Ottawa-Ouest-Nepean, Anita Vandenbeld, et d’Ottawa-Vanier, Mona Fortier.

Les libéraux s’engagent à bannir le plastique à usage unique des édifices fédéraux

Le Parti libéral du Canada a réitéré sa volonté d’éliminer les plastiques à usage unique des édifices du gouvernement fédéral et de réduire de 75 % la consommation de déchets plastiques du gouvernement d’ici 2030.

Les députées sortantes d’Ottawa-Centre, Catherine McKenna, d’Ottawa-Vanier, Mona Fortier, et d’Ottawa-Ouest-Nepean, Anita Vandenbeld, en ont fait l’annonce samedi au parc des Rapides Remic, à Ottawa.

«Je suis très fière d’annoncer qu’on va continuer de s’attaquer à la pollution de plastique. On veut faire mieux comme gouvernement. C’est pourquoi on prend l’engagement d’accélérer l’élimination des déchets de plastique à usage unique dans les immeubles et des musées fédéraux d’Ottawa ainsi que dans les sites historiques de Parcs Canada. Nous croyons que le gouvernement fédéral devrait être un chef de file pour contrer la pollution et les changements climatiques et nous croyons que ces mesures permettront de faire d’Ottawa, la capitale la plus verte», a lancé Mme McKenna d’entrée de jeu.

Elle souligne que cet engagement survient après que plusieurs employés et clients de ces sites fédéraux aient demandé à ce que des mesures soient prises pour contrer la pollution par le plastique dans leur enceinte. Elle ajoute qu’il y a déjà plusieurs alternatives connues au plastique et qu’il est temps que le gouvernement canadien les utilise à bon escient dans ses édifices.

AbonnezvousBarometre

Les trois candidates ont d’ailleurs convié les citoyens à un nettoyage du parc des Rapides Remic pour ramasser les débris de plastique et de verre qui trainent le long de la rivière des Outaouais. Une trentaine de personnes ont répondu à l’appel des députées sortantes. Cette activité s’inscrit dans le cadre de la Journée internationale de nettoyage du littoral.

«On vient de ramasser des déchets et du plastique à usage unique ce matin sur les berges de la rivière et on ne peut plus accepter ça. Plusieurs nous disent que l’environnement est l’enjeu principal de ces élections, on les écoute et nous voulons passer à l’action», indique Mme Fortier.

Des citoyens se sont déplacés pour ramasser les débris de plastique et de verre qui trainent le long de la rivière des Outaouais.

Mme McKenna s’est d’ailleurs réjouie de voir les millions de jeunes à travers le monde qui ont manifesté contre les changements climatiques vendredi. «C’était beau de voir les jeunes prendre la rue et exiger un meilleur avenir pour eux. Le Canada se réchauffe deux fois plus vite que la moyenne du globe, on en voit déjà les impacts partout à travers le pays. Il y a des inondations qui devraient normalement survenir une fois au cent ans, mais qui surviennent maintenant à quelques années d’intervalle.» 

Elle s’est aussi permis de lancer une flèche aux conservateurs en ajoutant que c’est «désolant de voir que certaines personnes ne croient pas aux changements climatiques et n’y voient qu’un canular. Il y a plusieurs conservateurs de cette génération qui n’accorde pas assez d’importance à cette cause. Parce que c’est impossible de faire un plan économique viable sans politique sur le climat».