Le tiers des candidats aux élections du 21 octobre en Estrie sont des femmes.

Le tiers des candidats en Estrie sont des femmes

Malgré tous les discours sur la parité, les Estriennes sont encore peu nombreuses à s’être portées candidates aux prochaines élections fédérales et moins nombreuses que ce qu’on observe dans le reste de la province.

À la fermeture de la période de mise en candidature, lundi, le tiers des candidats confirmés dans les cinq circonscriptions de la région estrienne était des femmes, comparativement à 43,3 % à l’échelle provinciale.

Selon une recension du Groupe Femmes, politique et démocratie (GFPD), les candidatures féminines au Québec pour les quatre principaux partis représentés à la Chambre des communes sont de plus en hausse de 16 points par rapport à l’élection de 2015 (27,7 %). Tandis qu’en Estrie, la hausse est de 5 points selon les données compilées par La Tribune, de 30 à 35 %.

Dans la région, c’est le Parti libéral du Canada qui présente le plus grand nombre de candidatures féminines, soit quatre dans les cinq circonscriptions estriennes. Le Bloc québécois suit avec deux candidates et le NPD en présente une.

Au Québec, selon le GFPD, c’est le NPD qui présente le plus de femmes candidates, à 48,7 %, suivi par le Bloc à 44,9 %.

AbonnezvousBarometre

« Comment s’assurer que la hausse du nombre de candidates se traduise par une progression équivalente du nombre d’élues? Telle est la question », continue la présidente du GFPD, Thérèse Mailloux. « Au Québec, si le nombre de femmes élues députées à l’Assemblée nationale a augmenté considérablement pour atteindre un score de 43,2 %, il reste qu’un écart demeure entre la proportion de candidates et d’élues. Au fédéral, les projections actuelles nous prédisent que la distorsion sera encore plus forte. On anticipe que la proportion de femmes élues dans les circonscriptions fédérales québécoises ne dépassera pas beaucoup 33 % (26 % en 2015). »

« Nous tenons à souligner la performance et les efforts de chaque parti, souligne d’ailleurs le GFPD dans un communiqué. En particulier le Parti conservateur et le Bloc québécois qui sont passés respectivement de 11,5 % de candidatures féminines en 2015 à 39,7 % en 2019 et de 28,2 à 44,9 %. »

Peu de surprises

La liste des candidats confirmés en Estrie pour les élections du 21 octobre réserve par ailleurs peu de surprises dans les cinq circonscriptions de Sherbrooke, Compton-Stanstead, Richmond-Arthabaska, Mégantic-L’Érable et Brome-Missisquoi, que se disputent six, sept ou huit partis (voir tableau).

Signalons qu’en date de mardi soir sur le site d’Élections Canada, le Parti populaire du Canada du chef Maxime Bernier n’avait pas de candidat dans Sherbrooke et que Hubert Richard se présente sous la mention « aucune appartenance » dans cette même circonscription.

Notons aussi au chapitre des partis marginaux que le Parti Rhinocéros a quatre représentants dans la région et que le Parti de la coalition des anciens combattants du Canada présente un candidat dans Brome-Missisquoi.