Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois ont été accueillis chaleureusement par les partisans de Québec solidaire à Trois-Rivières mercredi matin.

Québec solidaire veut retirer des pouvoirs aux médecins

TROIS-RIVIÈRES — Les porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, ont fait escale à Trois-Rivières, mercredi matin, afin de dévoiler la stratégie de leur parti en matière de santé.

Québec solidaire s’engage  à réduire la rémunération des médecins spécialistes de 12 % afin d’atteindre la parité avec ceux de l’Ontario, et ce, dans les 100 premiers jours de leur mandat si le parti est porté au pouvoir.

Cette mesure, affirment les deux porte-parole, permettrait à l’État d’épargner 925 millions $  annuellement.

Cette somme serait utilisée «pour créer une assurance dentaire pour tout le monde, donc une couverture dentaire publique et universelle», indique Gabriel Nadeau-Dubois. «Les soins dentaires, ça fait partie de la santé. Ce n’est pas normal de mettre ça sur la carte de crédit», plaide-t-il.

Québec solidaire entend aussi mettre fin au mode de rémunération à l’acte des médecins et de le remplacer par un mode mixte.

«Depuis 50 ans, on les paie à l’acte», rappelle-t-il. «C’est une manière qui ne fonctionne pas, qui crée des problèmes dans le réseau de la santé, qui donne trop de pouvoir aux médecins.»

Québec solidaire propose plutôt «un mode de rémunération mixte, diversifié où oui, il y aurait un peu de paiements à l’acte, mais surtout du salariat pour que les médecins soient sur un pied d’égalité avec les autres professionnels du réseau de la santé», explique M. Nadeau-Dubois.

Interrogé à savoir si cette mesure, qui permettrait aux médecins de prendre plus de temps avec leurs patients et donc de rencontrer moins de patients dans une journée, allait causer un accroissement du nombre de médecins au Québec, donc des salaires supplémentaires à verser par l’État, M. Dubois a répliqué ceci: «Des médecins, il n’en manque pas au Québec. Ce qu’il faut, c’est les faire travailler davantage en équipe, de manière interdisciplinaire.»

S’il existe encore beaucoup de gens qui n’ont pas de médecin de famille, au Québec, «ce n’est pas parce qu’il manque de médecins», estime M. Nadeau-Dubois. «C’est parce que notre système est mal organisé», résume-t-il en plaidant l’efficacité via une collaboration accrue entre professionnels de la santé incluant les médecins.

Les deux porte-parole du parti ont été accueillis chaleureusement par les partisans, sur la rue des Forges, en milieu de matinée. Ils étaient entourés des candidats de la région, Simon Piotte dans Maskinongé, Steven Roy Cullen dans Champlain, Christine Cardin dans Laviolette-Saint-Maurice et Valérie Delage dans Trois-Rivières. Ils étaient aussi accompagnés de Vanessa Roy, candidate dans Verdun, porte-parole du parti en matière de santé.

Par la suite, les porte-parole et les candidats de Québec solidaire se sont rendus sur le boulevard des Forges pour un dîner au Gambrinus avec les sages-femmes. Même si les sages-femmes ont pris entente sur plusieurs points avec le ministère de la Santé et des Services sociaux, au cours des derniers mois, il reste des éléments à régler pour assurer l’avancement de la profession. Puisque la seule formation en pratique sage-femme, au Québec, se donne à Trois-Rivières, Québec a profité de son passage dans la ville pour venir les entendre.

La tournée du parti dans la région s’est terminée avec une visite aux travailleurs et travailleuses de l’Aluminerie de Bécancour qui sont toujours en lock-out.

Au sujet de l’urgence à Cloutier-du Rivage, qui a été fermée à plusieurs reprises faute de médecins, le candidat Steven Roy Cullen a indiqué qu’à «l’heure actuelle, Cloutier-du Rivage n’est pas menacée de fermeture. Par contre, Québec solidaire propose plusieurs choses qui vont permettre d’élargir les services qui sont offerts à Cloutier-du Rivage. Actuellement, c’est juste une urgence et c’est ouvert seulement le jour. Avec ce que nous allons annoncer en campagne électorale, Cloutier-du Rivage risque d’avoir plus de services, plus de professionnels de la santé ouverts 24 heures», dit-il.