Les chefs Jean-François Lisée, Philippe Couillard, Manon Massé et François Legault au grand débat des chefs 2018.

Lisée s'impose, Massé, pas assez

BLOGUE / Y a-t-il un gagnant à ce débat? Peut-être parce qu'il est au plus bas et qu'il avait tout à gagner, Jean-François Lisée est celui qui s'est le plus imposé en première heure, au risque de paraître agressif, interrompant souvent ses adversaires. Pour sa part, Philippe Couillard a paru déstabilisé durant le débat de jeudi soir. Sur les réseaux sociaux, on a parlé davantage d'une intervenante du public, Mme Chagnon, et de l'Ontario, à qui les chefs ont fait plusieurs fois référence.

Durant la première heure, j'avais l'impression que le premier ministre sortant sur le plateau était Jean-François Lisée. Le plus pugnace des quatre, il était solide, à la limite de tomber dans l'agressivité, dans ses attaques contre Philippe Couillard. Ses adversaires lui laissaient beaucoup trop de terrain. Lisée s'est calmé vers la fin, peut-être même un peu trop.

Manon Massé s'est généralement bien débrouillée, était celle qui énonçait le mieux les idées de son parti. En première heure, elle n'a cependant jamais réussi à s'imposer, maintenant le plus court temps d'intervention au chronomètre. En deuxième heure, elle s'est réveillée, commençant à interrompre enfin ses adversaires. C'était la seule façon de prendre sa place. En fin de débat, elle était quatre minutes derrière les autres, attribuant ce retard au fait qu'elle était une femme. Et pourtant, Patrice Roy lui a rappelé à plusieurs reprises qu'elle perdait du terrain.

Surtout en première moitié de débat, Legault et Couillard avaient l'air de boxeurs qui venaient de subir un knock out. Couillard paraissait même agir en perdant, qui avait rendu les armes, sauf pour le débat sur l'immigration, où il a repris de la vigueur. Le premier ministre s'est bien fait remettre à sa place par Manon Massé, quand il a voulu jouer les donneurs de leçons. Jamais une bonne idée, qu'il ait raison ou pas.

Quant à Legault, il manquait étonnamment d'assurance, et je doute qu'il ait gagné des appuis à son test des valeurs. Devant les attaques de Couillard, on l'a même vu rester silencieux, la bouche ouverte. Son «je ne vous pardonnerai jamais!» martelé deux fois à l'endroit du premier ministre, ressemblait à du mauvais théâtre. Le chef de la CAQ est capable d'être bien meilleur.

L'idée de demander au public de poser lui-même sa question n'était pas mauvaise, mais prêtait parfois aux moqueries. En particulier pour la première intervenante, Mme Chagnon, qui a répondu «pas tellement» quand Patrice Roy lui a demandé si elle était satisfaite des réponses. Un autre fut interrompu par le système d'alarme d'une voiture. De plus, à plusieurs reprises durant la soirée, on a entendu des bruits de métal dans le studio. Les risques du direct.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.