Le chef du PQ Jean-François Lisée et la vice-cheffe Véronique Hivon lors d'une discussion en ligne, mercredi.

Le PQ veut augmenter la proportion d'employés qui travaillent à la maison

MONTRÉAL — Le Parti québécois (PQ) veut augmenter la proportion d'employés qui travaillent à la maison, et il compte financer cette mesure avec le Fonds vert puisque selon le parti, ce virage permettra de diminuer les gaz à effets de serre.

Le chef, Jean-François Lisée, et la vice-chef, Véronique Hivon, ont une fois de plus annoncé une mesure pour les familles en cette huitième journée de campagne.

Pour y arriver, le PQ instaurerait un crédit d'impôt de 400 $ par travailleur aux entreprises privées qui accepteraient le télétravail pour une ou deux journées par semaine.

Pour la fonction publique, les fonctionnaires dont l'emploi s'y prêterait pourraient demander à leur supérieur de faire de même.

Le PQ a brandi une récente étude du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO) pour démontrer les avantages du télétravail, qui serait associé à plus de productivité et à une utilisation moindre d'un véhicule.

D'ici 2025, le PQ souhaite avoir 200 000 télétravailleurs de plus. Selon le parti, il y a environ 700 000 employés qui travaillent à distance actuellement.

Le parti prévoit piger dans le Fonds vert pour financer cette mesure, évaluée à 13 millions $ par année.

Ce n'est pas la première fois que le PQ annonce qu'il utilisera le fonds pour mettre en oeuvre l'une de ses politiques. Il prévoit également prendre 313 millions $ pour lancer une application de covoiturage.

Le chef péquiste passe la journée de jeudi à Montréal.

Il doit se rendre dans les circonscriptions de Laurier-Dorion et de Pointe-aux-Trembles, où se présente l'ex-député Jean-Martin Aussant.

Le PQ tient par la suite un grand rassemblement national au parc Saint-Jean-Baptiste de Pointe-aux-Trembles, qui inclura aussi un spectacle musical.