Gilles Bélanger, candidat caquiste dans Orford, accompagné de François Legault, chef de la CAQ.

Le caquiste Gilles Bélanger en avance dans Orford

Véritable château-fort libéral, la circonscription d’Orford pourrait-elle tomber aux mains de la Coalition avenir Québec (CAQ) le 1er octobre prochain? Rien ne serait encore joué dans cette circonscription, mais le candidat caquiste Gilles Bélanger devancerait ses trois principaux adversaires, dont Guy Madore, du Parti libéral du Québec (PLQ).

D’après un sondage Mainstreet Research effectué le 1er septembre, M. Bélanger aurait l’appui de 27,5 pour cent des électeurs dans Orford. Guy Madore serait pour sa part le choix de 23,1 pour cent des gens, tandis que Maxime Leclerc (PQ) obtiendrait 20,8 et Annabelle Lalumière-Ting (QS) 8,5. Plus d’un électeur sur cinq se déclarait indécis.

Après répartition des indécis en tenant compte du penchant de certains électeurs, l’avance du candidat de la CAQ s’accroît. Le caquiste passe alors à 33,7 pour cent tandis que son plus proche rival grimpe à 28,3.

Mainstreet Research a sondé un total de 595 personnes dans le cadre de son sondage dans la circonscription d’Orford. La marge d’erreur de ce sondage est estimée à quatre pour cent.

Vice-président de Mainstreet Research, Steve Pinkus est catégorique : en dépit de son avance, Gilles Bélanger est loin de pouvoir célébrer encore. « Il est devant par cinq points, mais jamais je ne serais confortable avec ça à ce moment-ci de la campagne, si j’étais la CAQ », affirme ce spécialiste des sondages.

M. Pinkus fait valoir que « trois débats d’importance restent à venir, avant la fin de la campagne électorale, et que des enjeux locaux risquent par surcroît de brouiller les cartes » dans la circonscription d’Orford.

De l’avis du vice-président de Mainstreet Research, les réalisations de M. Bélanger, au cours des dernières années, expliquent sans doute en partie pourquoi il devance ses adversaires à ce stade-ci de la course. « Il a un bilan impressionnant lorsqu’on compare avec les autres », juge-t-il, en laissant entendre qu’il figure parmi les candidats-vedettes de la CAQ.

Rappelons que le candidat caquiste a supervisé la construction de l’École Montessori Magog, a joué un rôle de premier plan dans le développement du secteur des technologies numériques à Magog et a propulsé le projet de relance de la station Owl’s Head.

Quant à lui, Guy Madore a œuvré dans le domaine des communications et en politique avant de devenir courtier immobilier. Il a également été président de la Banque alimentaire Memphrémagog et est associé au Souper du partage.

Maxime Leclerc est un homme d’affaires de la région de Bonsecours tandis qu’Annabelle Lalumière-Ting étudie à la maitrise en relations internationales et travaille dans des centres de la
petite enfance.

Des gens pourraient évidemment remarquer que les électeurs de la circonscription d’Orford élisent uniquement des représentants du PLQ depuis qu’elle existe, en 1973, mais Steve Pinkus souligne à ce sujet que plusieurs « bastions libéraux » sont sur le point de tomber à l’échelle du Québec. « Il y a 72 pour cent de la population qui souhaite du changement », résume-t-il.