Le candidat de Québec solidaire dans Saint-François, Kévin Côté, a procédé au lancement officiel de sa campagne électorale vendredi soir, devant une salle de partisans et de membres énergisés. Il était notamment accompagné de son attachée de presse Annie Thibault.

Kévin Côté présente son projet de société

Le candidat de Québec solidaire dans Saint-François, aussi enseignant en français à l’école secondaire La Frontalière, a officiellement lancé sa campagne à la Microbrasserie de Coaticook vendredi soir devant des partisans et membres du parti visiblement énergisés.

Le jeune homme de 31 ans, originaire de Compton, en est à sa première campagne électorale provinciale après s’être présenté à deux reprises comme conseiller municipal à Sherbrooke. Son but, de concert avec celui du parti, est de faire élire Québec solidaire hors de Montréal. 

« Du mois de mars jusqu’à la fin de l’année scolaire, j’ai passé la grande majorité de mes soirées et de mes fins de semaine à faire campagne. J’ai consacré mon été à rencontrer des citoyens et des propriétaires d’entreprises, je prends cette campagne très au sérieux », a confié le candidat.

Kévin Côté est d’ailleurs confiant de sortir gagnant de cette course, lui qui a assuré s’être présenté avec l’intention de gagner. En plus de jouir d’une couverture médiatique accrue et d’un budget plus élevé que par les années passées, il sent les gens réceptifs aux mesures proposées par le parti de Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, particulièrement en ce qui a trait à la gratuité des soins dentaires.

« Je suis très bien reçu aux portes, le message de Québec solidaire est entendu haut et fort dans les médias et plait aux citoyens. Notre plan pour la gratuité des soins dentaires résonne auprès de la population, tout comme celui promettant la gratuité scolaire du CPE au doctorat. J’aime dire que chaque fois qu’on ouvre une école, on ferme une prison », explique-t-il. 

Propositions populaires

M. Côté a profité de sa tribune pour parler du plan de souveraineté alimentaire du parti axé sur la consommation locale, particulièrement réalisable dans un comté agricole comme celui de Saint-François. « On a tout ce qu’il faut ici, je ne comprends pas pourquoi on fait venir de la nourriture des quatre coins du monde. Pour implémenter ce plan, on offrirait du financement aux hôpitaux, aux CHSLD et aux écoles afin qu’ils achètent des aliments locaux », poursuit le candidat. 

Dans la foulée des négociations entre le Canada et les États-Unis, Côté a promis qu’il allait se battre pour la protection de la gestion de l’offre, peu importe le parti qui sera élu au pouvoir. Il a aussi réitéré les engagements de son parti à réduire de moitié le prix des transports publics, à augmenter le salaire minimum à 15 $ de l’heure et à bannir la vente d’automobiles à essence progressivement de 2030 à 2050, en plus de soutenir les proches aidants et d’encourager les soins à domicile. 

Kévin Côté a aussi partagé la volonté de Québec solidaire de mener à terme le projet d’indépendance du Québec. « On veut écrire une nouvelle constitution inclusive pour notre nation. Toutes les communautés auront leur opinion à donner et de cette manière, on va être en mesure de créer une constitution qui s’appliquera à tous. » 

Avec 220 membres enregistrés dans le comté de Saint-François, le jeune candidat croit mordicus en ses chances de briguer le poste anciennement occupé par le libéral Guy Hardy. 

« Je suis prêt à gagner. On sent un engouement populaire pour Québec Solidaire et nos propositions plaisent aux gens. Je vais travailler fort en compagnie de mon équipe pour faire sortir le vote. On a un nouveau projet de société intéressant et réalisable qui plaira aux Québécois », a-t-il résumé.