C’est avec son équipe que le candidat péquiste dans Sherbrooke, Guillaume Rousseau, a officiellement lancé sa campagne mercredi soir.

Guillaume Rousseau invite les Sherbrookois à écrire l’histoire

Le candidat du Parti québécois Guillaume Rousseau a invité les électeurs à écrire l’histoire avec lui lors de la prochaine campagne électorale en faisant de Sherbrooke une circonscription péquiste le 1er octobre.

C’est dans une salle bondée de l’hôtel Times, mercredi soir, que Guilllaume Rouseau a officiellement lancé sa campagne devant une centaine de membres du Parti québécois et d’autres candidats de la région et de la province, dont Véronique Vigneault (Richmond), Solange Masson (Saint-François) et Alain Therrien (Sanguinet). 

« Voir autant de personnes présentes ce soir et avoir la chance de recevoir un député comme Alain Therrien qui a pris la parole, ça représente beaucoup sur un plan personnel, mais ça démontre aussi que le parti croit en nous à Sherbrooke. Ça tombe bien, puisque Sherbrooke sera péquiste le 1er octobre prochain », a lancé M. Rousseau, qui a avoué au passage que l’énergie dans la salle était fantastique.

Il a profité du lancement pour revenir sur quelques annonces faites durant la saison estivale, qu’il considère être au cœur des priorités des Sherbrookois. 

En matière de santé, M. Rousseau est revenu avec sa promesse d’implanter une clinique d’infirmières praticiennes spécialisées. 

« Ça permettrait de soigner encore plus de patients et ça en coûterait encore moins cher. C’est ça dépenser de manière intelligente. Avec près de 13 000 personnes sans médecins de famille, c’est un engagement qui aide directement les citoyens. » 

Il est aussi revenu sur l’engagement de dépolluer la rivière Magog, de mettre en place une concertation des acteurs économiques de la région dans le but d’augmenter le revenu des ménages et de ramener le bureau régional du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion à Sherbrooke. 

« La personne qui peut battre Luc Fortin à Sherbrooke, c’est moi. Ceux qui ont un projet vraiment différent à offrir, plus de justice sociale, plus de services publics de manière efficace ce sont les candidats du Parti québécois et c’est moi qui en incarne un à Sherbrooke », a-t-il avancé. 

Le député de Sanguinet et économiste Alain Therrien n’avait que de bons mots pour M. Rousseau lors de son allocution portant sur les positions économiques du parti à l’échelle nationale.

« Je vais vous avouer que lorsque Guillaume est devenu candidat, les gens du caucus étaient très contents. On le connait et on sait qu’il est très bon. On a besoin de quelqu’un comme lui, il est jeune, dynamique et très intelligent. Donc on a besoin d’un gars comme ça à l’Assemblée [nationale] », a dit M. Therrien. 

Sherbrooke sérieusement

S’il veut remporter le scrutin à Sherbrooke, Guillaume Rousseau devra disposer du ministre Luc Fortin (PLQ) et de Bruno Vachon, dont le parti de la Coalition avenir Québec disposerait d’une avance à l’échelle nationale selon le plus récent sondage Mainstreet Research - Groupe Capitales Médias.

« On va devoir travailler très fort, continuer à rencontrer les Sherbrookois. Il faut leur faire comprendre que pour battre les libéraux, il ne faut pas voter pour la CAQ. Sherbrooke n’a jamais été derrière la CAQ ou l’ADQ, et ça n’arrivera pas lors du prochain scrutin », a-t-il prédit.