Bruno Vachon

Fière la fête : les candidats tous présents... ou presque

Les candidats des principaux partis visant un poste de député dans Sherbrooke étaient presque tous présents au défilé Fière la fête. Un seul candidat a brillé par son absence, celui de la Coalition avenir Québec (CAQ), Bruno Vachon.

Quelques candidats sur place ont tracé un parallèle avec le chef de ce parti, François Legault, qui ne s’était pas présenté au défilé montréalais. 

Pour sa part, joint par téléphone par La Tribune, Bruno Vachon exprime qu’il ne peut pas se présenter dans toutes les activités auxquelles il est invité. Il avait déjà un engagement familial. « J’avais des engagements à l’extérieur. J’ai passé une partie de l’après-midi à la fête de la famille. Je suis actuellement en dehors de la ville. Ce n’est pas que je ne reconnais pas la cause, je pense qu’on peut supporter une cause sans toujours être présent. J’aurais bien aimé être là cet après-midi et ce n’est pas un désaveu », assure le candidat.

Est-ce qu’un lien existe entre son absence et celle de François Legault à Montréal ? « Ça n’a absolument rien à voir, affirme M. Vachon. Lorsque je vais être député de Sherbrooke l’année prochaine, je m’engage à y être, je n’ai pas de problème avec ça. Je suis derrière eux. C’est correct de faire des manifestations, mais s’ils veulent, ils peuvent me contacter. Je les invite, ma porte est toute grande ouverte. »

Plusieurs candidats présents

Même la co-porte-parole de Québec solidaire (QS), Manon Massé, est partie de Montréal pour participer à l’événement. « C’est la cinquième année que je viens. Quand je viens et que je leur dis qu’ils sont assez importants pour que je me déplace, c’est une belle histoire d’amour qui se poursuit », a commenté celle qui a eu un accueil digne d’une vedette à son arrivée au Marché de la gare, le lieu du départ de la parade. 

La candidate de QS, Christine Labrie, aimerait accorder un financement récurrent à l’organisation de cette fête. « Nous, à Sherbrooke, on veut soutenir le financement de Fière la fête. C’est porté à bout de bras par des bénévoles, mais ils n’ont pas de financement récurrent et toutes les années, ils se demandent s’il y aura une prochaine édition. C’est une fête qui est précaire en ce moment. Les enjeux qui touchent les membres de la communauté LGBTQ+ touche tout le monde, car on a tous un membre de notre famille ou un collègue qui fait partie de cette communauté », analyse-t-elle.

Le chef du Parti vert, Alex Tyrrell, s’est aussi déplacé pour l’occasion. « C’est toujours bon de voir les gens descendre dans la rue pour appuyer les droits des personnes LGBTQ+. C’est important pour le parti d’être représenté dans toutes les régions et d’appuyer les candidats locaux ici », a-t-il lancé, entouré des candidats de Mégantic, de Saint-François et de la candidate de Granby.

Pour Luc Fortin, député sortant, il est important de se présenter à ces événements. « Il faut toujours, même en 2018, rappeler ce message d’inclusion, de tolérance et d’ouverture, qu’elle soit culturelle ou sexuelle. Tous les Sherbrookois et tous les Québécois sont égaux », mentionne-t-il. 

Guillaume Rousseau, qui a participé à la marche en compagnie de sa fille, considère que le Parti québécois a toujours soutenu les membres de la communauté LGBTQ+. « C’est une occasion de rencontrer des gens. On a voté pour rendre illégale la discrimination en fonction de l’orientation sexuelle, et dans les années 2000, avant plusieurs pays, on a voté pour l’union civile, et l’on veut continuer cette tradition », décrit le candidat péquiste.