Militante pour la liberté d’expression et épouse du blogueur saoudien Raif Badawi, Ensaf Haidar a signé sa carte de membre du Parti québécois, hier, au grand plaisir du candidat dans Sherbrooke Guillaume Rousseau.

Ensaf Haidar appuie Rousseau

Rejointe par les principes d’égalité homme femme, de laïcité, de liberté d’expression et de promotion du français dont le Parti québécois fait la promotion, la femme du blogueur saoudien Raif Badawi, Ensaf Haidar, a signé sa carte de membre en cette fin de campagne électorale.

C’est le candidat du PQ dans la circonscription de Sherbrooke, Guillaume Rousseau, qui a annoncé cet appui que lui a donné Ensaf Haidar, vendredi.

« À titre de citoyenne à part entière, je souhaite contribuer au débat politique qui anime mon nouveau pays. Je souhaite contribuer aux progrès de principes qui me sont chers », a expliqué la femme du blogueur emprisonné en Arabie saoudite.

Guillaume Rousseau estime que par son action politique, Ensaf Haidar rappelle que le devoir de s’impliquer devient encore plus important en campagne électorale.

« La liberté d’expression, il faut la défendre partout et tout le temps. Il faut la défendre dans les régimes oppressifs, mais aussi cette liberté d’expression doit être exercée et défendue dans nos démocraties. C’est un bel appui de cette personne qui représente tellement pour la liberté d’expression et du combat pour la démocratie, à la fois sur le plan politique, mais aussi sur le plan personnel », estime Guillaume Rousseau.

Il appelle les Sherbrookois à se ranger derrière lui.

« La très vaste majorité des Sherbrookois veulent du changement. Ils ne souhaitent plus être représentés par le député libéral actuel. Ces gens qui veulent du changement sont divisés entre trois partis d’opposition. Il faut se poser la question : quel parti peut être le plus rassembleur? Ce rassemblement ne peut se faire très à gauche ou très à droite. Il peut seulement se faire quelque part au centre gauche avec le Parti québécois. Nous avons aussi une position rassembleuse sur les questions de laïcité et de langue française », signale M. Rousseau.

Bilan

Le candidat du PQ dans Sherbrooke a été invité à dresser le bilan de sa campagne électorale.

« Je veux être un député qui exerce un leadership important. J’ai mis plein d’idées sur la table, plus que tous les autres candidats réunis. J’ai fait plusieurs propositions avec des positions précises et concrètes pour Sherbrooke », estime Guillaume Rousseau.

Il cite notamment la mise en place d’une clinique de super infirmières, la dépollution de la rivière Magog en collaboration avec la Ville de Sherbrooke de même que l’augmentation des revenus à Sherbrooke et en Estrie, en bonifiant les bourses aux étudiants, les rentes des retraités et en augmentant les salaires.

Il convient que le vote étudiant représente un élément important pour qu’il soit élu député de Sherbrooke, mais cet élément n’est pas le seul.

« Dans une course aussi serrée, chaque segment d’électorat compte, que ce soit les aînés, les étudiants ou les jeunes familles. Chaque électeur devient important », signale M. Rousseau.

Le candidat du PQ dans Sherbrooke ne se formalise pas que le chef Jean-François Lisée se soit arrêté dans la circonscription de Saint-François au lieu de celle de Sherbrooke.

« Il est venu nous donner un gros coup de pouce lors de notre immense rassemblement en début de campagne. Nous allons aller le rejoindre en cette fin de campagne », signale Guillaume Rousseau.