Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, n’a pas caché sa satisfaction lundi de voir Gertrude Bourdon faire faux bond à la Coalition avenir Québec.

Barrette se réjouit de la décision de Gertrude Bourdon

SCOTT — Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, n’a pas caché sa satisfaction lundi de voir Gertrude Bourdon faire faux bond à la Coalition avenir Québec (CAQ).

La très courtisée présidente-directrice générale du CHU de Québec-Université Laval n’a pas annoncé si elle se présenterait pour un autre parti politique aux élections.

«On a une administratrice très chevronnée dans le réseau de la santé, que j’apprécie moi-même, que j’ai connue depuis des années et qui dit non au programme de la CAQ», a déclaré M. Barrette à l’entrée d’un rassemblement des candidats libéraux à Scott, en Beauce.

«C’est une personne du réseau. Elle dit à la CAQ : votre programme, il n’est pas bon, il va faire plus de tort de que de bien», a-t-il renchéri.

M. Barrette a affirmé qu’il participait lui-même au recrutement de Mme Bourdon pour le Parti libéral du Québec (PLQ). Le premier ministre Philippe Couillard n’a pas confirmé la tenue de discussions avec Mme Bourdon.

Y’a-t-il une place pour Mme Bourdon au sein du parti, étant donné sa présumée ambition de devenir ministre de la Santé? «J’ai aussi dit que c’était la prérogative du premier ministre de décider qui serait ministre de quoi», a répondu M. Barrette, qui a déjà exprimé publiquement le souhait d’être reconduit dans ses fonctions.

«Bilingue» en santé

Il a convenu qu’il n’était pas nécessaire pour un ministre de la Santé d’être médecin. «Ça prend quelqu’un qui est, dans mon expression familière, bilingue en santé, donc quelqu’un qui a une connaissance approfondie du réseau, une expérience plus que significative du réseau. À ces deux questions-là, la réponse est évidente pour Mme Bourdon», a-t-il précisé.

Par ailleurs, M. Barrette n’a pas voulu discuter des conditions qu’aurait posées Mme Bourdon aux partis politiques. Plusieurs médias ont rapporté qu’elle demande à ce que l’on ne rouvre pas l’entente de rémunération des médecins et que l’on augmente le budget de la santé de 8 %.

«Ce sont des conversations qui sont privées», s’est limité à dire le ministre.

Mme Bourdon a refusé une demande d’entrevue de La Presse canadienne, lundi.

+

LANCEMENT DE CAMPAGNE EN MAURICIE

C’est en Mauricie que le premier ministre Philippe Couillard a choisi de lancer la campagne électorale du Parti libéral du Québec (PLQ), jeudi, selon ce qu’a appris La Presse canadienne.

Comme les autres chefs de parti, le chef libéral aura une journée bien remplie jeudi, première des 39 journées d’une course qui s’annonce houleuse.

La région de la Mauricie, actuellement totalement acquise aux libéraux, fait partie des coins du Québec âprement convoités par la Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault, qui se dit assuré d’y faire des gains, voire de tout rafler.

Pour preuve, il y présente une de ses candidates-vedettes, l’avocate et ex-procureure en chef de la Commission Charbonneau, Sonia LeBel, dans Champlain.

Le PLQ, qui n’entend pas se laisser faire, va donc lancer les hostilités dans cette région pour bien marquer son territoire. L’organisation du PLQ n’a pas voulu confirmer les informations obtenues, affirmant que le scénario prévu était encore «sujet à changement».