Gaétan Barrette

Barrette au Trésor: des syndicats inquiets, d'autres prêts à donner une chance

MONTRÉAL — L'annonce par Philippe Couillard du fait que si son parti était de nouveau porté au pouvoir, le 1er octobre, Gaétan Barrette ne serait plus ministre de la Santé, mais président du Conseil du trésor, a suscité des réactions d'inquiétude, mais aussi de prudence chez certains grands syndicats du secteur public — avec lesquels il devrait négocier les conventions collectives.

Au cours d'une entrevue avec La Presse canadienne, lundi, la nouvelle présidente de la Centrale des syndicats du Québec, Sonia Éthier, a admis nourrir «de grandes inquiétudes» compte tenu de «l'intransigeance» du ministre Barrette à l'égard du personnel du réseau de la santé.

Mais, d'un autre côté, la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé, Nancy Bédard, a souligné que M. Barrette avait l'avantage de connaître le réseau, les effets «dévastateurs» de ses réformes et qu'il savait donc quoi faire pour régler les problèmes et mieux traiter le personnel. Elle a souligné qu'il avait été «très généreux» envers les médecins et que s'il détenait les cordons de la bourse, il serait temps de penser aux autres membres du personnel dans la santé.

À l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), la vice-présidente, Marie-Claude Raynault, a admis avoir certaines craintes, mais s'est dite prête à donner la chance au coureur, le cas échéant.