Élections 2014 : l'éthique, moins déterminante qu'en 2012?

Les liens d'affaires entre Arthur Porter et Philippe Couillard sont revenus hanter le chef libéral cette semaine.
Un article publié dans Le Devoir a révélé que M. Couillard s'était associé en 2010 au directeur du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) Arthur Porter dans la fondation d'une firme de consultation dans le domaine de la santé. Celle-ci contrevenait à la Loi sur la santé et les services sociaux, puisque aucune autorisation n'avait été demandée à l'Agence de la santé et des services sociaux.
Cette révélation a cependant fait peu de remous. «Lors de la dernière campagne, ce type d'allégation là était très porteur», rappelle Isabelle Lacroix, professeure à l'École de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke. «Cette fois-ci, ça ne semble pas porter. Ça m'est un peu difficile à expliquer, mais j'émets l'hypothèse que c'est parce qu'on est en commission Charbonneau et que les gens attendent que celle-ci termine son ménage», avance-t-elle.
Analyse complète de la semaine de campagne par Isabelle Lacroix dans La Tribune de samedi.