Bruno Vachon a passé une heure avec le maire de Sherbrooke pour discuter des engagements de la Coalition avenir Québec pour la région.

Édifice d'Expo-Sherbrooke : Vachon soutiendrait la transformation

Le candidat de la Coalition avenir Québec à Sherbrooke, Bruno Vachon, promet de soutenir le projet de rénovation de l’édifice d’Expo-Sherbrooke, un projet qui profiterait notamment au club de gymnastique Sher-Gym. Évaluée à 6,2 M$, la rénovation n’a pas obtenu l’aide gouvernementale espérée cette année.

M. Vachon a pris cet engagement lors d’un entretien d’une heure avec le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, jeudi après-midi. Cette promesse concerne par ailleurs la circonscription voisine, de Saint-François, où la candidate de la CAQ est Geneviève Hébert.

« Je m’engage, avec ma collègue Geneviève Hébert, à défendre ce projet-là. Pour Sher-Gym, l’édifice d’Expo-Sherbrooke devait être une solution temporaire il y a quelques années. Il faut aider et je ne pense pas que la Ville de Sherbrooke peut y arriver seule. On a reconnu que le plateau Sylvie-Daigle est un plateau sportif. Ce sont plusieurs milliers de jeunes qui utilisent ce plateau et qui n’ont pas des installations adéquates », dit M. Vachon.

« Je veux travailler pour les citoyens de la circonscription de Sherbrooke et Sherbrooke dans son ensemble. Il y a une infrastructure qui est là. En reconstruire une nouvelle pourrait coûter le double. C’est le projet le plus rentable. Que ce soit d’un côté ou l’autre de la rivière, c’est aux Sherbrookois que ça profitera et c’est pour eux que je vais travailler. »

Bruno Vachon rapporte avoir voulu rencontrer le maire pour s’assurer que ses engagements n’entraient pas en contradiction avec les actions que la Ville souhaite poser. Il raconte que la rencontre a été cordiale et que les deux hommes ont mis derrière eux leurs intérêts divergents des dernières élections municipales.

« Tous les deux avons passé à autre chose. L’élection municipale est passée. Quand j’ai fait le saut en politique provinciale, ça faisait partie de l’équation et je n’ai aucun problème à travailler avec M. Lussier. »

Autres engagements

Les autres engagements de Bruno Vachon sont calqués sur ceux qu’avait annoncés François Legault la semaine dernière lors de son passage à Sherbrooke. Il appuierait par exemple le train Montréal-Sherbrooke « du moment où ce sera profitable pour les Sherbrookois ».

Idem pour l’aéroport de Sherbrooke, qui pourrait obtenir une aide financière de Québec.

« C’est évident que nous sommes prêts pour une participation s’il y a une desserte commerciale. C’est une desserte qui est régionale et il faut que le gouvernement du Québec soit partenaire pour le développement de nos régions. Pour développer nos régions, il faut des gestes concrets et c’en est un. »

Bruno Vachon parle aussi de décentraliser les fonds d’Investissement Québec, entre autres pour une participation financière dans la revitalisation du centre-ville. Le Renouveau sherbrookois, dont il était membre à l’échelle municipale, avait pourtant opté pour une centralisation de certains services...

« Les enjeux au niveau provincial ne sont pas les mêmes. On parle d’amener des investissements en région, alors que la réalité n’est pas la même ici que sur la Côte-Nord. Je ne vois pas de contradiction. Ce sont deux paliers complètement différents. »

Enfin, M. Vachon rappelle l’engagement de créer un fonds de 10 M$ pour la décontamination de terrains à Sherbrooke. Les autres régions pourraient-elles être jalouses? « Ce n’est pas une promesse qui sort d’une boîte à surprise. Sherbrooke fait partie du projet Saint-Laurent pour rendre accessibles ces endroits pour du développement, comme ça s’est fait à Griffintown, à Barcelone. C’est d’investir à des endroits où on peut créer de la richesse et avoir un retour sur l’investissement. Il y a déjà eu des engagements à Montréal. C’est important de travailler pour qu’on ait notre juste part à Sherbrooke. »