Lors du lancement de la radio étudiante P405, en février dernier. Les bulletins de nouvelles diffusés en cette période de pandémie sont conçus à distance, les élèves travaillant de la maison.
Lors du lancement de la radio étudiante P405, en février dernier. Les bulletins de nouvelles diffusés en cette période de pandémie sont conçus à distance, les élèves travaillant de la maison.

École internationale du phare : la radio étudiante s’active pour rejoindre les communautés culturelles

Isabelle Pion
Isabelle Pion
La Tribune
La radio étudiante de l’école internationale du Phare diffuse maintenant ses propres bulletins de nouvelles en quatre langues. L’équipe de P405 pourra ainsi rejoindre les gens des communautés culturelles qui parlent le dari, l’espagnol et l’anglais, en plus du français.

« L’idée, c’est de rejoindre nos auditeurs et notre clientèle de l’école. Il y a beaucoup d’élèves de plusieurs nationalités qui viennent à l’école. On veut être une radio inclusive », indique Jocelyn Simard, enseignant responsable de ce projet parascolaire, en rappelant que les indicatifs sonores avaient déjà été réalisés en plusieurs langues.

Les élèves enregistrent eux-mêmes les bulletins, soit avec leur téléphone intelligent ou par le microphone de leur ordinateur. Deux élèves qui parlent le dari s’assurent de traduire les nouvelles dans cette langue.

De chez lui, Jocelyn Simard s’assure que les nouvelles reflètent bien la réalité, retravaille le son, fait du mixage au besoin, et le tout est mis en ligne. « C’est le système D », lance Jocelyn Simard en riant. 

À la radio, on peut entendre un des élèves, Massimo D’Émilio, directeur de l’information, qui explique : « On veut sensibiliser nos amis autrement qu’avec les médias traditionnels et aussi les tenir au courant des informations en lien avec l’école. Les bulletins en quatre langues permettront de rejoindre un maximum de personnes comme les parents des élèves immigrants, entre autres. »

« On s’est mis à chercher ce qu’on pouvait faire de plus que les autres médias. Beaucoup d’élèves sont de nouveaux arrivants. On s’est dit pourquoi ne pas leur offrir quelque chose qu’ils vont comprendre? » raconte M. Simard. 

Pour les deux élèves qui traduisent les bulletins en dari, l’exercice permet de les aider dans l’apprentissage du français; celles-ci proviennent des classes d’accueil. À l’instar de l’ensemble de la population, les nouveaux arrivants se retrouvent isolés, à la différence que beaucoup d’entre eux ne parlent pas ou très peu le français. Évidemment, les classes de francisation sont suspendues. « Ils sont isolés », remarque M. Simard. 

Même si tout orchestrer demande pas mal de temps, les membres de l’équipe sont très motivés. « C’est beau de voir aller les jeunes. Je suis fier de cette équipe-là », dit-il en formulant le souhait que les gens les encouragent en les écoutant. Pour le faire : https://www.radiop405.com/

La radio étudiante avait fermé son studio avant même la fermeture des établissements d’enseignement, le 13 mars dernier, notamment en raison de la promiscuité dans le studio.