Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les gens des Jardins Pinecroft à Magog vivent des moments angoissants depuis qu’une éclosion de la COVID-19 s’est développée à cette résidence pour personnes âgées.
Les gens des Jardins Pinecroft à Magog vivent des moments angoissants depuis qu’une éclosion de la COVID-19 s’est développée à cette résidence pour personnes âgées.

Éclosion : des moments de grande angoisse aux Jardins Pinecroft

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Le personnel et les pensionnaires de la résidence Les Jardins Pinecroft à Magog vivent des moments de grande angoisse depuis qu’une éclosion de COVID-19 s’est développée entre ses murs.

Au cours des derniers jours, deux résidents sont décédés et plusieurs autres ont été déclarés positifs à la maladie. Huit personnes ont été hospitalisées. Des membres du personnel ont aussi été infectés, se désole Marie-Josée Hince, copropriétaire de l’établissement de la rue Georges. 

« Ce n’est pas facile ce que nous vivons. Nous avons eu des résultats de tests et nous en attendons d’autres. Tout le monde a été isolé dans sa chambre. Nous sommes en contact avec les familles pour les rassurer », affirme-t-elle, au cours d’un entretien téléphonique accordé à La Tribune.

« Nous sommes en contrôle, mais c’est fragile. Des membres du personnel déclarés positifs doivent rester à la maison. Nous devons faire appel à des ressources extérieures. Nous attendons du personnel d’une agence pour prendre soin des gens. Des gens de ma famille vont venir nous aider aux cuisines aussi. »

Branle-bas de combat

Le tout a débuté le 20 décembre quand un fils qui ne se savait pas atteint par la maladie est venu visiter son père. C’est dans les jours suivants qu’il a reçu un test positif; son père aussi le lendemain. Le virus a eu le temps de se répandre.

C’est le branle-bas de combat depuis ces jours-là à cette résidence comptant une centaine de résidents, ajoute Mme Hinse.

Elle souligne que les autorités de la Santé publique ont réagi rapidement. Un encadrement serré a été mis en place pour protéger les gens en place. « Nous avions toutes les précautions nécessaires. Mais à 103 résidents qui ont reçu chacun un visiteur dans le temps des Fêtes, c’est difficile de faire respecter toutes les mesures de sécurité. Nous ne pouvons pas placer un agent de sécurité dans chaque chambre, explique-t-elle. Ça reste un milieu de vie pour nos résidents. »

« Ce qui nous manque, c’est du personnel. Il nous manque des bras. J’ai fait des annonces, mais quand on dit qu’il y a une éclosion, les gens refusent. Les employés infectés ne peuvent travailler. Ceux qui ne le sont pas sont demeurés au travail. Ils ne sont pas partis. »

Les deux décès sont survenus dans les derniers jours dans cette résidence pour personnes autonomes et en légère perte d’autonomie.

On est en attente de résultats de test concernant une trentaine de résidents, poursuit-elle. On s’attend à quelques cas positifs.