Eau potable: des citoyens exaspérés se font entendre

Jean-Pierre Boisvert
La Tribune
«C'est quand qu'on va avoir de l'eau?... C'est noir ce qui sort de nos robinets... Ce n'est pas aux citoyens de subir l'inertie de qui que ce soit... Ça fait trop longtemps que ça niaise, ce dossier-là».
Voilà quelques-uns des commentaires émis par la centaine de citoyens qui ont pris d'assaut mardi soir l'assemblée régulière du conseil municipal de Saint-Germain-de-Grantham où le maire Yvon Nault et les six conseillers ont eu peine à imposer la discipline nécessaire au bon déroulement de la période des questions.
Le climat d'exaspération, pour ne pas dire d'écoeurement, était palpable dans la petite salle bondée de la rue principale qui a reçu la visite de deux policiers de la Sûreté du Québec, une demi-heure après le début de la réunion.
Le dossier de l'eau, qui fait défaut autant par sa qualité que par sa quantité depuis de très nombreuses années dans la petite municipalité de quelque 4400 habitants, est pourtant proche d'un dénouement, si on se fie aux explications offertes par le maire et sa directrice générale Danielle Gauthier.
Texte complet dans La Tribune de jeudi.