Plus de 115 jeunes des corps de cadet de Sherbrooke et East Angus agissaient à titre de bénévoles pour l'événement.

Du rêve tout en couleurs

Plus de 4200 coureurs étaient réunis au parc Jacques-Cartier samedi matin pour assister à la troisième course Color Run de Sherbrooke, placée sous le thème du rêve.
Les participants ont laissé libre cours à leur imagination et plusieurs ont parcouru les cinq kilomètres déguisés en licorne.
C'est le cas de Mélanie Moreau qui est venue de la Rive-Sud de Montréal spécialement pour participer à la course.
« Ça donne une pause des autres types de course. J'en fais trop, lance-t-elle en riant. Aujourd'hui, j'ai plus marché que d'autre chose. Tu peux prendre ton temps et avancer à ton rythme et même les enfants peuvent le faire. »
« C'est une grosse fête et c'est pour le plaisir », résume Luc Lebel, qui courait en compagnie de toute la famille.
« On est tous dégueulasses à cause de la couleur, c'est vraiment le fun, mentionne la Sherbrookoise Andréeanne Bombardier. C'est certain que je vais le refaire. Je ne cours jamais, mais ce type de course c'est super entraînant. Je trouvais ça cher au début, mais finalement ça vaut la peine. »
Chacun à sa manière
Ce n'est un secret pour personne que la course à pied souffre d'un léger essoufflement en ce moment dû en partie à la très grande offre de courses aux quatre coins de la province. Martin Drolet, directeur des événements des courses Color Run, estime toutefois que son organisation n'est pas affectée du tout par cette baisse d'intérêt.
« On dit une course, mais les gens peuvent marcher; on s'adresse absolument à tout le monde, même aux enfants. Les gens n'ont pas besoin d'être en forme et d'être capables de courir un 5km. C'est pour ça qu'on ne voit pas de perte dans notre nombre de participants. »
Les couleurs sont composées de fécules de maïs, de bicarbonate de soude et de colorants naturels.
« C'est totalement naturel, il n'y a aucun danger si ça tombe dans l'eau ou dans l'herbe, résume Martin Drolet. Ce n'est pas dangereux pour la peau et ça part très bien au lavage. S'il y avait des produits chimiques, je serais mort depuis longtemps! »
En super héros
Les courses Color Run ont vu le jour en 2011. Martin Drolet confirme déjà la tenue d'une 4e course en Estrie l'année prochaine.
« Je ne peux pas vous dévoiler le thème exact, mais ça va tourner autour des super héros. »
La seule autre course Color Run au Québec est à Montréal.
« On voulait se positionner dans un marché où il n'y a pas d'autre type de course comme la nôtre et Sherbrooke était parfaite. Les gens aiment beaucoup la course en Estrie également. »
Plus de 115 jeunes des corps de cadet de Sherbrooke et East Angus agissaient à titre de bénévoles pour l'événement.
« J'ai des jeunes qui lancent de la couleur sur les participants et j'en ai d'autres qui offrent des breuvages. Ils aiment vraiment ça », explique la capitaine Valérie Bilodeau, commandant du corps de cadet 2721 des Fusiliers de Sherbrooke.