À compter de l’automne 2019, les étudiants du Cégep de Sherbrooke pourront s’inscrire dans l’une des deux équipes de sport électronique compétitif.

Du e-sport au Cégep

À compter de l’automne 2019, les étudiants du Cégep de Sherbrooke pourront s’inscrire dans l’une des deux équipes de sport électronique compétitif. Pour répondre aux intérêts de la communauté collégiale, le Cégep offrira ce nouveau service, tout en l’encadrant de façon à ce que les saines habitudes de vie soient mises en valeur.

« L’objectif est d’offrir à des étudiantes et des étudiants fervents amateurs de jeux électroniques, la possibilité de vivre leur passion dans un environnement sain, encadré et favorisant la socialisation et la persévérance scolaire, tout en portant les couleurs de leur institution », explique Martin Lambert, directeur des Affaires étudiantes, communautaires et internationales.

Les deux équipes d’e-sport seront formées à la rentrée et prêtes au jeu en octobre. Ces dernières seront membres de la Ligue Cyber Espoirs (LCE), de la Fédération québécoise de sports électroniques, qui regroupe des équipes issues d’écoles secondaires et de cégeps de partout au Québec. Un camp de sélection se tiendra au mois d’août.

De l’activité physique incluse au programme

Supervisées par des entraîneurs de haut niveau, les deux équipes disputeront un à deux matchs par semaine de League of Legends et d’Overwatch ou de Rocket League, des jeux particulièrement populaires auprès des jeunes. Un local offrant de l’équipement adapté pour la pratique de ces jeux sera mis à leur disposition pour les entraînements. Entre les matchs, les cyberathlètes devront s’exercer en équipe, derrière les consoles du Cégep, et ce, plusieurs fois par semaine. De plus, ils devront prendre part à des séances d’activité physique en salle, afin d’adopter et de maintenir de saines habitudes de vie. Ainsi, chaque étudiant bénéficiera d’un programme personnalisé, préparé par un kinésiologue du Centre de l’activité physique (CAP).

« Il était essentiel pour nous que l’encadrement de nos joueuses et joueurs comprenne de l’activité physique obligatoire, tout comme le propose d’ailleurs la Fédération québécoise de sports électroniques, soutient Amélie Tremblay, coordonnatrice des Affaires étudiantes et communautaires. Le volet d’éducation aux saines habitudes de vie de nos étudiantes et étudiants demeure un aspect très important de notre démarche et nous cherchons à inculquer une forme d’équilibre de vie à nos passionnées de jeux électroniques. »

Enfin, tous les joueurs de sports électroniques devront démontrer une volonté de s’engager dans leurs études.