Richard Deschamps a été dédésigné vendredi à titre de mandataire spécial chargé du dossier de la protection de la jeunesse (DPJ) du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Estrie (CIUSSS).

DPJ Estrie: Québec désigne un mandataire

Un mandataire spécial a été nommé vendredi pour le dossier de la protection de la jeunesse en Estrie, au lendemain de la mise sous tutelle de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) de l’Estrie.

La mise sous tutelle est survenue après la mise au jour d’un autre cas grave de négligence d’enfants qui ont attendu des mois avant que leur dossier ne soit évalué.

À LIRE AUSSI: DPJ : la tutelle est «peut-être une bonne nouvelle»

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, a annoncé vendredi la nomination de Richard Deschamps à titre de mandataire spécial chargé du dossier de la protection de la jeunesse (DPJ) du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Estrie (CIUSSS).

Il est actuellement PDG du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Centre.

M. Deschamps aura pour mandat d’apporter « tous les correctifs jugés nécessaires pour régulariser la situation rapidement à la DPJ du CIUSSS de l’Estrie », a indiqué le bureau du ministre par communiqué.

Il est précisé que le mandataire spécial aura entre autres la responsabilité d’ » identifier et de mettre en œuvre les solutions pour résoudre les problématiques reliées aux services (...), notamment quant aux listes d’attente et aux délais ».

Son mandat s’amorce lundi pour une durée indéterminée, a-t-on indiqué.

« Redresser la situation »

Travailleur social et éducateur spécialisé de profession, M. Deschamps a cumulé « de nombreuses années d’expérience en gestion » au sein du réseau de la santé et des services sociaux, notamment au Centre jeunesse de Lanaudière, au Centre de santé et de services sociaux Champlain et à l’Hôpital Charles -Le Moyne, mentionne le communiqué.

« Je me réjouis de la nomination de monsieur Deschamps, dont l’expertise et les conseils viendront guider les actions de la direction du CIUSSS dans ses efforts pour mettre en place les mesures nécessaires à adopter pour redresser la situation », a affirmé le ministre par communiqué.

Le plus récent cas, rapporté cette semaine par La Presse, fait état de grave négligence : quatre frères et sœurs de Granby ont dû attendre cinq mois avant que la DPJ n’évalue leur dossier, alors qu’ils vivaient dans un logement insalubre, souillé par les excréments de 12 chiens. Les enfants n’étaient pas habillés adéquatement pour la température et n’avaient pas toujours à manger. C’était le cinquième signalement pour cette famille.

Ce plus récent signalement avait été effectué en février 2019, mais le dossier n’a été assigné à une intervenante qu’en juillet, et l’évaluation a été complétée en août.

La DPJ de l’Estrie est sous la loupe depuis la mort en avril d’une fillette de sept ans de Granby, retrouvée dans un état lamentable, et décédée peu après, même si elle avait fait l’objet d’un signalement auprès de la DPJ.

Du côté du syndicat, à l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) de l’Estrie, Danny Roulx dit espérer que la tutelle se concentre sur la capacité à donner aux enfants les services auxquels ils ont droit.

Pour ce faire, il faut embaucher davantage de personnel et le recrutement passe par de bonnes conditions de travail, selon lui.